anonymous

La bio vit-elle sur les réserves chimiques des Trente Glorieuses ?

Raphaël Lecocq

La bio vit-elle sur les réserves chimiques des Trente Glorieuses ?
Régis Helias, ingénieur et animateur en agriculture biologique chez Arvalis en Occitanie, intervenant au dernier Sommet de l'élevage

La « végétalisation » de l’agriculture biologique, qui la prive des apports des effluents d’élevage, entame la teneur du sol en phosphore disponible, au point d’altérer la fertilité des sols et les rendements. Problème : en bio, le phosphore, c’est du temps et de l’argent.

Un séminaire sol en AB

La bio vit-elle sur les réserves chimiques des Trente Glorieuses ?

Le sol en agriculture biologique : quelles recherches construire ? Tel est le thème d’un séminaire participatif organisé par l’INRA et l’ITAB le mardi 27 novembre à Paris. Concernant tous les systèmes (élevage, grandes cultures, maraichage, viticulture, arboriculture), le séminaire balaiera de nombreux thèmes tels que la gestion des ressources, le bouclage des cycles biochimiques, les interactions sol-plante, la biodiversité, le changement climatique etc.

Spécialisation, céréalisation, végétalisation : le phénomène qui grignote le sacro-saint système polyculture-élevage, vieux comme le monde ou presque, n’est pas propre à l’agriculture biologique. Mais, du point de vue de la fertilisation, l’agriculture conventionnelle peut compenser les apports d’effluents par des éléments chimiques, aux prix certes fluctuants, mais rapidement efficients. Et elle ne s’en est pas privée. « Durant les Trente Glorieuses, après la seconde guerre mondiale, la consommation d’engrais chimiques NPK s’est envolée », déclare Régis Helias, ingénieur et animateur en agriculture biologique chez Arvalis en Occitanie. « A partir de la fin des années 1980, les livraisons de phosphore et de potasse ont véritablement chuté tandis que celles d’azote ont résisté, du fait de ses incidences directes de l’élément sur les rendements. L’analyse des cartes de teneurs en phosphore à l’échelle de la France montre une tendance très nette à l’appauvrissement des sols ».

La bio vit-elle sur les réserves chimiques des Trente Glorieuses ?

« Ça va craquer »

Depuis 2006, Arvalis Institut du végétal conduit dans la Drôme un essai du suivi de la fertilité des sols en grandes cultures conduites en AB. Une partie de l’essai reçoit des engrais organiques riches en phosphore tandis que l’autre ne reçoit que de faibles doses associées à la fertilisation azotée. Résultats ? « Les apports de phosphore ne compensent pas les exportations », souligne Régis Helias. « Les rendements baissent de façon significative pour des espèces telles que le maïs ou le blé. Le problème, c’est que l’agriculture bio se développe de plus en plus sans composante élevage, ce qui la prive des apports d’effluents. En 2011, 66 % des exploitations en agriculture biologique étaient dépourvues d’élevage. Bio ou pas bio, l’agriculture bénéficie encore aujourd’hui des apports massifs des Trente Glorieuses et continue de vivre sur ce stock de phosphore et de potassium. Mais un jour, je ne sais pas quand, ça va craquer ici ou là ».

Les mycorhizes à la rescousse ?

En bio, les fertilisants organiques, hors effluents d’élevage, (composts, farines, mélasses...) ont souvent des teneurs limitées en phosphore, qui plus est peu assimilable en l’état. La problématique est la même pour les phosphates naturels, peu solubles, et encore moins en sols acides qu’en sols basiques. Toujours dans son essai, Arvalis relève que les apports d’engrais organiques riches en phosphore, pour peu qu’ils soient réguliers, permettent de restaurer la fertilité et les rendements. Qui plus est, le maintien ou, du moins, l’amortissement de la chute de la teneur en phosphore, s’avère rentable à moyen terme. Le réinvestissement dans la fumure de fond, éclairé par des analyses de sol, trouvera peut-être le soutien de la recherche dans le domaine des mycorhizes, association symbiotique entre champignons et racines. « Les mycorhizes participent à la solubilité du phosphore », explique Régis Helias. « Elles sont d’autant plus efficaces que le sol est pauvre en phosphore. Mais certaines ont des effets négatifs sur la croissance des végétaux, il reste encore beaucoup à découvrir sur le sujet ».

Itinérance animale

On n’ose pas trop songer à une « ré-animalisation » de l’agriculture. « Elle n’est pas à exclure », relève l’ingénieur qui cite l’exemple de Frédéric Thomas, spécialiste de l’agriculture de conservation et qui réserve les couverts végétaux de son exploitation solognote aux Angus d’un éleveur. « L’itinérance de troupeaux sur des exploitations céréalières est peut-être une voie d’avenir », conclut Régis Helias.

Sur le même sujet

Commentaires 31

ecume 173

il faut 700 l de fuel pour produire l azote pour 1ha de maïs vrai ou faut

chepe

@laurbio
Rebonjour,
Je ne sais pas si votre message m'est destiné. Juste pour dire que je suis moi-même maraîcher bio, eh oui... Je connais donc les pratiques. Je suis simplement pour plus de transparence dans la bio.
D'ailleurs, il y a le label Biocohérence qui ramène et mesure les 170 kg de N/ha à la parcelle, et non à la SAU de l'exploitation. C'est justement parce que Biocohérence avait compris qu'il y a cette faille dans le cahier de charges AB et que certains en profitent, qu'elle a instauré cette règle.
Une autre précision: en AB on utilise trois fois plus de énergie qu'on en produit. Il y a certainement des variations selon les secteurs, puis certaines énergies grises ne sont pas prises en compte. Là aussi on a encore du boulot...
Bonne journée,
chepe

laurbio

Je vous invite a lire le règlement de la bio et non pas répandre de fausses informations.
Vous semblez juste regarder par dessus la haie de votre voisin….. Avec des si et des suppositions….

DIGUE3942

si j’interprète les photos disponible sur le sujet BIO et MARAICHAGE, je vois que ça se passe sur une terre rendue inerte .c'est de quoi se poser des questions sur la qualité nutritionnelle des productions qui y poussent......

chepe

@laurbio
Bonjour,
Une précision: la règle de 170 kg N /ha s'applique au niveau de la SAU de toute votre exploitation. Si vous avez une SAU de 10 ha, avec 2 ha de maraîchage et 8 ha sur lesquelles vous n'épandez rien, vous pourriez théoriquement "balancer" 10 x 170 kg N sur 2 ha de légumes et quand-même respecter le cahier de charges bio. Je vois que certains maraîchers bio qui sont dans une optique de culture intensive ("Il faut que ça pousse!")en profitent pour gonfler les apports et dépassent parfois largement les 170 kg N/ha. Il en est même ainsi que dans certains pays, où la terre est "moins disponible" (p.e. Danemark) , des exploitations bio achètent des terres sur lesquelles ils font rien, pour pouvoir gonfler leur surface totale et augmenter la dose de N sur les parcelles cultivées en légumes bio. On peut supposer cette faille dans le cahier de charges qui permet ces pratiques, a des conséquences pas très écologiques (lessivages, nitrates...)
Bonne journée

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires