Bien dans ses bottes : rencontre avec Jean-Marc

Raphaël Lecocq

Depuis quelques années, le bien-être animal s'est invité dans les débats de société. Quiconque a un jour chaussé des bottes pour déambuler dans une stabulation, une salle de traite, une pâture ou encore une estive a pu mesurer à quel point le bien-être des bêtes mobilisait les éleveurs jour et nuit, toute l'année.

Et on ne parle pas du soin qui entoure veaux, vaches, cochons, moutons, volailles, lapins etc., faisant le voyage à Paris à l’occasion du salon de l’agriculture. Au salon justement, Pleinchamp a pris de le parti de s’enquérir du bien-être... des éleveurs.

Jean-Marc : pas de risque de se viander

Question : en 2018, quand sa raison de vivre, et pas seulement au plan matériel, repose en grande partie sur l’élevage de l’une des plus belles races bovines bouchères françaises, comment fait-on quand, chaque jour ou presque, le régime carné est remis en question, quand les impacts environnementaux de l’élevage sont stigmatisés et quand les abolitionnistes s’excitent ? Jean-Marc Daniau, éleveur de Blondes d’Aquitaine à la Chapelle-Thémer (Vendée), n’élude aucune des questions. Le flegme affiché par son taureau Inédit, en compétition à Paris, rayonne en lui. A n’en pas douter, Jean-Marc est aussi bien dans ses bottes que ses vaches, veaux, taureaux et autres broutards sont bien dans leurs sabots.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires