L'Etat a arrêté son plan ours pour 2018-28

L'Etat a arrêté son plan ours pour 2018-28

L'Etat a arrêté son plan ours pour 2018-2028, destiné à préserver l'ours brun dans les Pyrénées, y compris par l'introduction d'individus.

Signé le 9 mai par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, il a été mis en-ligne sur le site de la direction Environnement (Dreal) d'Occitanie, dans une relative discrétion. Le "plan d'action national", qui prévoit aussi des mesures de soutien aux éleveurs face aux prédations, intervient après l'annonce en mars par Nicolas Hulot de la réintroduction à l'automne de deux ours femelles dans les Pyrénées-Atlantiques. Selon un nouveau décompte officiel du Réseau Ours brun (ROB), l'effectif était de 43 individus en 2017. "Les études montrent que la population doit être d'au moins 50 individus matures pour être viable dans les Pyrénées françaises, avec notamment l'existence d'échanges entre les différents noyaux (de population) afin de réduire les problèmes de consanguinité", souligne le Plan.  

"Dans la mesure du possible, la dynamique positive de la population doit en priorité être assurée par la reproduction des ours locaux. Toutefois, d'un point de vue purement scientifique, le renforcement par introduction d'ours constitue la meilleure chance d'obtenir à terme une population viable", ajoute-t-il. "C'est dans cette optique que le lâcher de nouveaux individus est prévu, premièrement dans le cadre d'un renforcement de la population et, deuxièmement, dans le cas où un ours disparaîtrait à cause d'un accident lié aux activités humaines".  

Le plan annonce un "accompagnement" accru des bergers, avec des moyens "humains pour renforcer la surveillance des troupeaux" et techniques pour mettre en place leur protection (chiens, parcs de nuit...). Des moyens financiers seront prévus pour "améliorer le système d'indemnisation des dommages d'ours", ajoute le texte. "L'État a toujours soutenu l'agriculture de montagne notamment par la mise en place dès 2006 d'un plan de soutien complété par des aides en faveur de la protection des troupeaux contre la prédation", écrit Nicolas Hulot. "Pour autant, des solutions partagées restent à inventer pour améliorer les systèmes déjà en place avec l'ensemble des Pyrénéens". Une concertation est en cours, sous la houlette de la préfecture, mais dénoncée par les représentants du monde agricole. Fin avril, plus de 1.200 bergers, agriculteurs et élus de tous bords avaient défilé à Pau contre la réintroduction d'ours, à leurs yeux incompatibles avec les activités pastorales.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

Mortier

Soutien aux éleveurs

djobob

Plus personne ne voudra faire berger plus personne ne voudra travailler avec amour notre terre avec des bobos au pouvoir en dehors de toute réalité. Continuez bien vos conneries continuez à ruiner le paysan à lui donner une retraite de misère continuez bien un jour vous allez voire, vous réintroduirait un paysan et essayerai qu'il se reproduise lol
nous sommes tous en cages faces aux ineptie des gouvernants

djobob

Les gens sont fous y'a tout le temps tout et son contraire jamais d'esprit synthétique. Tuer le berger continuer à tuer ce métier. J'en ai rencontré un dans les alpes qui menait plus de 6 000 moutons avec ses chiens et cabane. Vous préférer la vie d'un ours à la vie d'un homme. Surtout qu'il y a certainement d'autre moyen pour préserver la génétique.

djobob

c'est n'importe quoi de faire souffrir l'agriculteur pour une utopie de bobo. J'ai tout de même une solution à moindre mal : au moins les ours qu'ils veulent introduire posez leur un émetteur indestructible afin qu'ils soient localisable par les berger à tout moment donnant l'alerte avant le carnage. D'un côté on veut privilégier une agriculture vertueuse en privilégiant le grand pâturage et donc en préservant la vie ancestral du berger et de l'autre on essaye de le ruiner. Voire son troupeau anéantis y'a des dommage psychologique irréversible.

djobob

c'est vraiment triste de voire ses animaux se faire détruire par les erreurs humaines.
réintroduire un ours, réintroduire les renards comme ils sont fait en Belgique maintenant y'en a trop. puis pourquoi pas réintroduire des virus le choléra aussi non ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier