Marchés lait et viande octobre 2018 - l'impact de la sécheresse sur la collecte laitière en France et en Europe

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

Tous les mois, la conjoncture des marchés lait et viande pour les espèces bovine, ovine et caprine au plan français, européen et mondial. Tendances analyse chaque mois les variations de prix aux différents stades, de la production à la distribution; examine les évolutions de production, de commerce extérieur, intra-communautaire et international, ainsi que de consommation.

A PROPOS DE TENDANCES

Tendances vise à éclairer les décideurs économiques et professionnels, les opérateurs, les médiateurs sur les évolutions probables à court terme.

Sur abonnement, vous pouvez consulter et télécharger chaque mois des diaporamas sectoriels.

Attention : Tendances n'est accessible qu'aux abonnés, il faut donc vous connecter à votre compte pour y accéder.

Au sommaire du numéro de ce mois-ci :

Viande Bovine

Jeunes bovins

  • France, des cours moroses

La dynamique d’abattage de mâles allaitants, plus vieux et lourds, est toujours importante pour un marché déjà encombré et les cours sont au creux de la vague depuis plusieurs semaines. Les exportations, plus dynamiques qu’en début d’année notamment sur les pays tiers, restent insuffisantes pour alléger le marché.

  • Europe, hausse saisonnière des cours poussive

Les prix des JB sont globalement repartis à la hausse dans l’UE dans l’été, mais de façon modérée. Si certains signaux sont positifs comme en Italie, des inquiétudes sont toujours présentes sur la solidité du débouché turc, essentiel à la viande polonaise.

 

Femelles

  • France, prix des allaitantes sous pression

Alors que les réformes d'allaitantes sont un peu moins nombreuses, leur prix pâtit de l’afflux persistant de vaches laitières. Les cours des réformes laitières, pourtant plus nombreuses, sont à l’inverse soutenus par la demande croissante en viande hachée.

  • Europe, les effets de la sécheresse se font toujours sentir

La sécheresse qui sévit en Europe a conduit à de nombreuses réformes durant l’été faisant plonger les prix. En septembre, les réformes restaient soutenues en Allemagne, aux Pays-Bas et en Irlande. Les prix polonais résistent grâce à la montée en gamme des produits.

Maigre

  • Un automne atypique

Les cours des broutards ont entamé une baisse saisonnière modérée. La sécheresse pousse les éleveurs à commercialiser les animaux précocement et les contraintes sanitaires paralysent toujours l’export sur pays tiers.

 

Veau de boucherie

  •  Une rentrée difficile

Après un creux estival limité, les cotations des veaux de boucherie entament une remontée timide. la faible hausse saisonnière inquiète les acteurs de la filière qui espèrent une amélioration de la situation à l’approche de l’hiver et des fêtes. La production européenne est, elle, stable en juillet par rapport à l’année précédente.

Veaux nourrissons

    • Cotations au plus bas et exportations ralenties

Cet été, la baisse des naissances et la hausse de la demande espagnole ont fluidifié le marché du veau. Cependant, la dynamique s’est inversée à partir du mois d’août et la baisse saisonnière de la cotation du veau de type lait est très marquée.

Lire les articles viande bovine

Lait de vache

  • Collecte mondiale : croissance ralentie

Malgré la croissance solide aux Etats-Unis et en Nouvelle-Zélande, la ressource laitière se fait moins abondante dans les cinq grands bassins laitiers exportateurs.

  • Collecte laitière : croissance stoppée dans l'UE-28

La sécheresse et la canicule ont ralenti puis stoppé la croissance de la production laitière européenne. De nombreux éleveurs ont abondamment réformé pour ajuster leur cheptel à leurs moindres disponibilités fourragères. Le rythme des réformes plus ou moins soutenu cet automne et l’état des stocks à l’entrée de l’hiver détermineront le potentiel laitier pour 2019.

  • Marchés des produits laitiers : relatif équilibre

La faible croissance de la ressource laitière dans les grands bassins excédentaires laitiers permet un bon équilibre des marchés, même si celui de la poudre maigre reste plombé par le poids de l’intervention. Les cours des produits laitiers devraient rester relativement stables dans les semaines à venir.

Lire les articles lait de vache

 

Viande ovine

  • France : le cours de l'agneau est sous pression

La demande peu dynamique et l’augmentation de la concurrence à l’import pèsent sur la cotation française.

  • UE et monde : rebond des abattages au Royaume-Uni et en Irlande

Retardés jusqu’ici par l’allongement de la durée de finition des agneaux en raison de la sécheresse, les abattages repartent à la hausse au Royaume-Uni et en Irlande.

Lire les articles Viande ovine

Lait de chèvre

  • Le rebond des fabrications permet de contenir les stocks

La collecte de lait de chèvre est restée dynamique dans toutes les régions, malgré un léger ralentissement pendant l’été. Complétée par des importations toujours croissantes, elle a permis aux transformateurs de bénéficier d’un approvisionnement record. Fort heureusement, le rebond estival des fabrications de fromages de chèvre a permis aux opérateurs de contenir la hausse des stocks de produits de report caprin.

Lire l'article Lait de chèvre

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires