Ours dans les Pyrénées: une décision "sans concertation" (Confédération paysanne)

Ours dans les Pyrénées: une décision "sans concertation" (Confédération paysanne)

La Confédération paysanne a dénoncé mardi le souhait de réintroduire deux ours femelles dans les Pyrénées-Atlantiques, exprimé par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, une « décision (...) prise sans aucune concertation préalable ».     

"Encore une fois, la décision est prise sans aucune concertation préalable avec les éleveuses et les éleveurs, les élus et les citoyen-ne-s de la région", a déploré la Confédération paysanne dans un communiqué. Le syndicat estime que cette décision est "d'autant plus incompréhensible que depuis le mois de décembre dernier le ministère, malgré des engagements pris à la suite de la mobilisation de la Confédération paysanne sur ce dossier, n'a toujours pas mandaté les experts qui devaient se rendre en Ariège où la situation est très tendue".   

Le ministère, indique la Confédération, "avait pourtant annoncé un groupe +ours+ pyrénéen pour reprendre le dialogue avec les parties prenantes suite à la saison d'estive très tendue". "Je me rendrai sur place pour écouter tous les acteurs, une fois le dialogue lancé par le préfet" afin de concilier les activités d'élevages et la présence de l'ours, avait indiqué le ministre dans un communiqué. 

"J'ai décidé de passer à l'offensive parce qu'il ne reste que deux mâles" dans les Pyrénées-Atlantiques, "dont Cannellito, fils de Cannelle", dernière représentante de l'ours de souche des Pyrénées tuée par un chasseur en 2004, avait expliqué Nicolas Hulot dans Le Parisien. Mais, "la quarantaine d'ours recensés en Ariège a provoqué 689 victimes, le chiffre le plus élevé depuis la réintroduction des ours dans les Pyrénées", affirme le syndicat, qui dénonce une méthode "inadmissible", de la part de Nicolas Hulot.

Pour en savoir plus :  Réintroduction de deux ourses à l’automne dans les Pyrénées-Atlantiques (Hulot)

 

 

 

 

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

nanardd

Combien ça coute ces lubies de loups et d'ours ? qui paye ? Surement les con...tribuables. Il ne devrait pas s'entendre beaucoup avec Travert lui qui prône le bien être animal. ça sera un lâchage en grande pompe ? Avec photo à l'appui des nounours, de ce que les âmes bien pensantes appellent la prédation. De belles brebis qu'à moitié bouffées gémissantes attendant l'achèvement.Tout ça aucun chiffre. Pendant ce temps comme c'est aussi les mêmes régions, on leur ferme les hôpitaux, les maternités, les écoles.

nh

apres lu loup on va goûter de l ours....?

livo32

Ca fait du bien de voir la confédération sur cette position. Il y a quelques années, la même confédération nous expliquait qu'il n'y avait pas de problème entre pastoralisme et l'ours

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires