Première attaque en Espagne d'une ourse lâchée en octobre en France

Première attaque en Espagne d'une ourse lâchée en octobre en France

L'une des deux ourses lâchées en octobre dans les Pyrénées-Atlantiques en France a attaqué pour la première fois une brebis en Espagne, en Navarre, a-t-on appris jeudi auprès du gouvernement de cette région du nord du pays.

"Le 12 novembre, un éleveur, propriétaire d'un élevage à Uztarroz" non loin de la frontière française, a "informé (les autorités) d'une probable attaque d'une bête de son troupeau par un ours", a indiqué le gouvernement de Navarre dans un communiqué transmis à l'AFP. Après des analyses effectuées par les gardes forestiers, "la première attaque d'une des ourses lâchées en France" a été considérée comme "prouvée", a-t-il poursuivi en précisant que la préfecture de Pau (sud-ouest de la France) en avait été informée. Les autorités de Navarre précisent par ailleurs qu'elles vont annoncer une série de mesures la semaine prochaine visant à éviter les attaques et épauler les éleveurs.

Deux ourses slovènes, Claverina et Sorita, ont été réintroduites dans les Pyrénées-Atlantiques les 4 et 5 octobre malgré l'opposition des éleveurs locaux qui ont mené des battues pour tenter de les faire fuir, de préférence vers l'Espagne voisine. A Pau, le préfet des Pyrénées-Atlantiques Gilbert Payet a précisé jeudi lors d'une conférence de presse que l'ourse mangeuse de brebis navarraise était Claverina, identifiée par ses coordonnées GPS. Elle se déplacerait dans un rayon de 20 km, a-t-il ajouté, soulignant que "ses points de passage à la frontière sont relativement nombreux" et qu'une "rencontre était en cours de calage" avec les régions de Navarre et d'Aragon. 

"Il appartient à chaque pays de mettre en place des mesures de précaution", a-t-il dit, mais il sera notamment question de l'amélioration du partage des données et de leur transmission entre les deux nations. L'arrivée de ces ourses avait été promise par le précédent ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, alors que l'Union européenne avait mis en demeure fin 2012 la France pour avoir manqué à ses obligations de protection de cette espèce.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

cash38

Encore un truc des écolos, urbains bios pour entamer la guerre contre les espagnols ou un truc des gros céréaliers intensifs ariégeois pour stopper l'introduction de dangereux prédateurs l'ours "sclérote, ou l'ours "carie" ?

nanardd

D'après ce qu'on nous dit les éleveurs Espagnol sont presque content de se faire bouffer leur bêtes.On nous dit une brebis mais le reste du troupeau doit pas être beau à voir.
C'est nos impôts français qui vont payer?
Peut être ils vont y mettre ordre l'ours n'est pas à eux....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires