anonymous

Pyrénées: une majorité favorable à la réintroduction de l'ours, selon les pouvoirs publics

Pyrénées: une majorité favorable à la réintroduction de l'ours, selon les pouvoirs publics

Une nette majorité de quelque 6.000 internautes français consultés en juillet sont favorables à la prochaine introduction de deux ourses dans les Pyrénées voulues par Nicolas Hulot, y compris parmi les habitants des six départements du massif.

Selon les résultats publiés jeudi d'une consultation publique sur internet organisée du 25 juin au 25 juillet par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et la région Occitanie, 8,9% des participants seulement ont émis un avis défavorable contre 88,9% de favorables, le reste des votes étant neutres ou nuls.

Sur les 5.970 réponses enregistrées, 26,5 % émanent des six départements pyrénéens. Ceux-ci se sont prononcés à 71,6% en faveur de l'ours, contre 25,4% qui y sont hostiles. Des chiffres qui tombent à 58,6% pour et 41,4% contre si on ne tient compte que des avis émanant des habitants des communes béarnaises de montagne où l'introduction est projetée.

Ces résultats font partie d'un processus de consultation lancé par les pouvoirs publics. Des documents en espagnol avaient aussi été mis en ligne. "L'argumentaire pour le renforcement de la population ursine est dominé par des préoccupations écologiques, patrimoniales, éthiques et économiques", ont souligné la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et la région Occitanie dans un communiqué.

Ceux opposés font état d'"une incompatibilité de cette action avec le pastoralisme, une atteinte au développement de la région et à sa sécurité ainsi qu'une action inutile et coûteuse"

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot est attendu prochainement dans les Pyrénées-Atlantiques pour présenter son projet d'introduction de deux ourses slovènes mais aucune date n'a été fixée officiellement. 

L'Etat avait défini en mai son plan ours pour 2018-2028, destiné à préserver l'ours brun dans les Pyrénées, y compris par l'introduction d'individus, provoquant la colère de nombreux éleveurs et d'élus dans les Pyrénées.

Il reste deux mâles dans les Pyrénées-Atlantiques, dont le fils de Cannelle, dernière représentante de l'ours de souche des Pyrénées, tuée par un chasseur en 2004.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

galopin21

les prédateurs , ce sont les agriculteurs et les chasseurs de decider si ils posent probleme , et ce n'est pas a des fonctionnaires payé a ne rien faire , auto proclamé a l'unanimité tout seul défenseur de l'environement de decider du fond de leur confortable bureau que l'on doit vivre avec les prédateurs , la démocratie ne fonctionne plus , faut il une révolution et des morts pour prendre des sages décisions ???

cash38

Quelle majorité ? La majorité des ruraux écologistes, en lutte pour la biodiversité, demande la réintroduction (d'ailleurs en cours) de l’ergot du seigle dans les céréales, des puces, poux et morpions dans les populations urbaines !

Gillette

Ben remarque !!!

baba

Encore un sondage très orienté pour justifier une mauvaise décision politique ! Et en plus un
gâchis d'argent public ! Faudra-t-il attendre un accident grave voire un mort pour que nos
politiques parisiens comprennent leur bêtise et leur ignorance. S'ils veulent des ours, qu'ils en mettent en liberté au bois de boulogne, ils pourront les contempler tous les jours et ils ne dérangeront pas les gens des vallées qui n'en veulent pas.

viking 537

réintroduction des ours, loups lynx ,est que ces bobos ecervelés ont pensé aux drames qui pourraient se produire mème sils seront très rares sur l espèce humaine.chez nous il y a des vautours nombreux et affamés,que l on voit presque tous les jours.j ai souvent pensé quand mon père agé se promenait avec sa canne cequi aurait pu lui arriver s il avait eu un malaise!!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires