Lait : La FNIL alerte sur la perte de compétitivité du lait français

Anne Sophie LESAGE

Lait : La FNIL alerte sur la perte de compétitivité du lait français

Le 1er septembre, la Fédération Nationale des Industries Laitières (FNIL) a alerté sur la nécessité de « davantage coller au marché mondial » concernant le prix du lait.

L’accord trouvé entre lactalis et les OP, pour une revalorisation du prix du lait payé aux producteurs, inquiète la Fédération Nationale des Industries Laitières. Pour Olivier Picot, président de la FNIL, « en France les prix sont complétement déconnectés des marchés (…) le prix en France est le plus élevé d’Europe et le décrochage s’accentue ! » L’industriel insiste « le danger c’est la perte de compétitivité ! » 

Pour Gérard Calbrix, directeur des affaires économiques chez ATLA, « quand les pays du nord paient 20 centimes, (…) nous on paie 27 centimes… » « Rappelons qu’une hausse de 4 centimes par litre correspond à une dépense supplémentaire d’un milliard d’euros pour les transformateurs. Comment payer une telle somme, sinon en augmentant massivement les prix des produits laitiers fabriqués en France ? » s'interroge la FNIL.

11 milliards de litres de lait exportés chaque année

La FNIL insiste « la filière laitière française dépend largement du marché unique européen et du marché mondial. Les exportations françaises absorbent 44% du lait produit en France. Sur une production laitière de 25 milliards de litres, la France exporte 11 milliards de litres de lait sous forme de produits laitiers (fromages, poudres de lait et de lactosérum, beurre, crème, lait UHT etc...) et génère un chiffre d’affaires à l’export de 8 milliards d’euros chaque année. Ces exportations sont cruciales pour la filière laitière française. »

Enfin pour la FNIL, le Plan de régulation de la production laitière annoncé la semaine dernière par Stéphane Le Foll, « c’est du bricolage ! » « Ca part d’un bon sentiment mais on a besoin d’un dispositif plus “régulateur“ dans la nouvelle PAC. » 

Sur le même sujet

Commentaires 14

dll

c est la meme chose tout le temps
les agris doivent trouver des solutions quand les cours ne sont pas bon mais eux ne peuvent pas!!!
c'est comme dans le cochon c'est encore une fois de plus les coops qui vont bloquer une "peut etres" dynamique de hausse
nos grands parents ont créés les coop pour ramener la valeur ajouté aux eleveur
aujourd'hui se sont les éleveurs qui ramène la valeur ajouté aux coop ( surtout a leur administrateur et à leur cadre)
nos grands parents doivent se retourner dans leur tombe!!
besnier doit bien se marrer

Ro

Je suis actuellement dans un pays de l'est. Je viens d'aller faire mes courses à carrefour cet après-midi :

Produits français :
-un camembert de sous-marque inconnue made in France : 4€
-un coulommiers marque carrefour : 4.5€
-un roquefort marque carrefour 150g : 3€

Produits locaux :
-fromage du coin "cascaval" (un genre d'edam?) 300g : 1,75€
-fromage genre vache qui rit aux morceaux de jambon 140g : 0.5€

Et ils osent dire qu'ils ne gagnent pas d'argent avec votre lait ??? Et que parce qu'ils vous ont "donné" une misère ils vont devoir augmenter les prix d'un milliard d'€ !?!

Pitt

On en peut plus d êtres les seuls a supporté les crises, a vous de vous serrer la ceinture allé au diable avec vos discours de mer... !!!!!

Pitt

Messieurs du Fnil a vous de faire des économies sur vos charges de structures,salariales etc nous ont en peu plus d être la variable d ajustement vos discours on n a rien à faire pour parlé poliment.

pilou

c la ruine du monde paysan ! triste campagne dans 2 ans...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires