Les manifestations d'agriculteurs se multiplient dans l'Ouest

AFP

Les manifestations d'agriculteurs se multiplient dans l'Ouest
Photo Les premiers tracteurs arrivent devant la préfecture à Rennes. Photo Twitter @AMarlet_Terra

Les manifestations d'agriculteurs entamées mercredi dans les Côtes-d'Armor font boule de neige dans l'Ouest, notamment à Rennes où les éleveurs d'Ille-et-Vilaine sont venus crier leur détresse devant la préfecture vendredi à l'aube.

Dès 6h30, une cinquantaine d'éleveurs de porcs et de producteurs de lait se sont rassemblés à l'appel des Jeunes agriculteurs (JA) et de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) devant la préfecture de région avec une dizaine de tracteurs, selon la préfecture. Une délégation a été reçue par le préfet et les manifestants se sont ensuite rendus en cortège à travers le centre-ville à l'Union régionale des coopératives d'élevages de l'Ouest. Ils se sont engagés à ne pas commettre de dégradations en ville, précise-t-on de même source.

Jeudi soir à Quimper, plusieurs dizaines d'agriculteurs en colère ont multiplié les actions coups de poing en déversant du fumier et en incendiant des pneus, avant d'être délogés par les forces de l'ordre. Dans le même temps, d'autres manifestaient à Laval, tandis que dans la journée les éleveurs sarthois s'étaient également mobilisés.

 

Mercredi, les agriculteurs des Côtes-d'Armor avaient ouvert les hostilités en bloquant entièrement un axe majeur de la Bretagne nord, la RN12 (plus de 60.000 véhicules/jour), à proximité de Saint-Brieuc, d'où ils ont été délogés jeudi matin dans le calme par les forces de l'ordre.

Ils ont encore multiplié les actions jeudi sur cet axe Rennes-Brest, notamment près de Guingamp, où la N12 était toujours fermée à la circulation vendredi matin, le temps de remettre la chaussée en état, mais les agriculteurs costarmoricains ont prévenu qu'ils allaient continuer leurs actions.

Les éleveurs tirent depuis des mois la sonnette d'alarme en raison des cours trop bas, inférieurs aux coûts de production, auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les industriels de la transformation.

Les syndicats veulent également obtenir l'engagement des distributeurs et des industriels pour que les négociations commerciales annuelles en cours se fassent dans le respect d'un prix équitable reversé au producteur et de la transparence sur la répartition des marges tout au long de la filière.

Publié par AFP

Sur le même sujet

Commentaires 33

ailecassée

le gouvernement est incapable de résoudre le problème de l élevage seul car les gros financiers comme leclerc et papin de système u sont bien absents au problème. si l état chatouille trop cette compagnie elle risque de faire du chantage en délocalisant certaines usines de transformations dans les pays de l est .mais les grandes surfaces resteront en France car le consommateur n ira pas faire ses courses en pologne .pour info notre leclerc construit un grand magasin tout neuf a pleumeleuc pendant que nous paysans on ferme nos élevage .il faut l arreter de suite .

mi

transparence de la sortie de l'exploitation ,au consommateurs !!!!!

Lucho

FDSEA et JA qui par le passé se réjouissaient de la suppression des quotas et qui maintenant viennent pleurer tout en mettant en cause les laiteries, GMS, Coop, banques et l'état.
Un seul mot PITOYABLE

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires