anonymous

Porcs : la distance entre les élevages et les abattoirs augmente

Institut du Porc IFIP

Porcs : la distance entre les élevages et les abattoirs augmente

La distance moyenne par la route entre les abattoirs et les élevages auprès desquels ils s’approvisionnent en porcs a augmenté de 5 km depuis 2014 pour atteindre 120 km en 2017.

Selon les données BDPORC, la production de porcs charcutiers a atteint 22,7 millions de têtes en France en 2017, soit 300 000 têtes de plus que les abattages. La distance moyenne par la route entre les abattoirs et les élevages auprès desquels ils s’approvisionnent a augmenté de 5 km depuis 2014 pour atteindre 120 km en 2017.

Pour la filière porcine française, les enjeux sont très différents d’un territoire à l’autre : 3 grandes régions. 1) Le Grand Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie et Poitou Charentes) concentre les 3/4 du secteur porcin français. 2) Dans le Nord (Hauts-de-France, Grand Est et Haute-Normandie), l’élevage reste dynamique malgré un déficit de capacités d’abattage. 3) Le Sud souffre au contraire d’un manque d’élevages

1) Concentration à l’Ouest 
La production de porcs charcutiers des élevages de l’Ouest a diminué de 347 000 têtes entre 2014 et 2017 dont plus de la moitié pour le seul Finistère. Cette baisse plus marquée dans ce département semble être en partie structurelle. Les sites d’élevage dont l’activité a significativement baissé sont plus nombreux que ceux dont l’activité a significativement augmenté. La baisse de la première catégorie n’est pas compensée par la deuxième, le déficit s’élève à 115 000 têtes. Les élevages de la pointe bretonne ont subi la fermeture du site d’abattage de Lampaul-Guimiliau en 2013. Ils sont plus éloignés des abattoirs que leurs homologues bretons : 126 km en moyenne en 2017 contre 60 à 80 km pour les 3 autres départements.
En Basse-Normandie, le déclin de l’abattoir AIM depuis 2015 (finalement fermé en 2018) ne s’est pas traduit par une baisse d’activité des élevages. La production de porcs charcutiers a augmenté de 1,7% entre 2014 et 2017 alors que la tendance était à la baisse pour les autres régions de la zone.

2) Déficit d’abattoirs au Nord 
Dans le Nord de la France, 1,9 millions de porcs charcutiers ont été produits en 2017 contre 900 000 abattus. Environ 1/3 du surplus est exporté vif vers l’étranger, le reste est abattu dans d’autres régions. Les élevages nordiques sont dans l’ensemble plus éloignés des abattoirs avec une distance moyenne de 189 kmen 2017, excepté les porcs abattus à l’étranger. L’Alsace, le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie bénéficient cependant des abattoirs de taille intermédiaire (100 à 500 000 porcs par an) de Saint-Pol (62) et d’Holtzeim (67). Cet éloignement n’a pas empêché la production d’augmenter de 121 000 têtes en 4 ans, soit +2,3% par an en moyenne. Les coûts de transport moyens des porcs charcutiers jusqu’aux abattoirs sont plus élevés pour les élevages du Nord mais les écarts restent mesurés. En moyenne, il était de 4,3 €/tête en 2017 (soit moins de 5 cts/kg carcasse) pour le Nord contre 3 €/tête à l’échelle de la France (soit un peu plus de 2 ct/kg carcasse).

3) Déficit d’élevages au Sud 
A l’inverse du Nord, plus de 20% des 4 millions de porcs abattus chaque année dans le Sud sont élevés dans les régions du Nord et de l’Ouest. Le déficit s’est aggravé de 159 000 têtes depuis 2014 pour atteindre 943 000 têtes en 2017. 1/4 des porcs charcutiers abattus dans le Sud provenait d’élevages situés à plus de 280 km de l’abattoir.

Pour les Pouvoirs Publics et les organisations professionnelles, ces analyses peuvent servir de support de réflexion sur la dynamique des filières régionales avec des problématiques très différentes d’un territoire à l’autre et dans un contexte de demande sociétale pour une offre de produits agricoles de proximité. Les données BDPORC et les méthodes d’analyse de données et de cartographie développées pourraient aussi être mobilisées dans le cadre de projets très concrets de développement d’élevages, de filières, et/ou d’implantation, de rénovation d’outils d’abattage de proximité.

Etude réalisée à partir des données BDPORC : Les Bases de Données Nationales d’Identification (BDNI) recensent des données exhaustives sur les sites d’élevage et les mouvements d’animaux, d’un élevage à un autre ou d’un élevage à un abattoir. Depuis quelques années, l’IFIP mobilise les données BDPORC sur les mouvements de porcins pour différents champs d’étude : structure des élevages, prévisions de la production...
Dans cette étude, elles ont été mobilisées pour analyser les dynamiques de production et d’abattage de porcs charcutiers, l’impact de l’un sur l’autre et l’éloignement entre élevages et abattoirs sont contrastés sur le territoire français. Pour ce faire, les distances par la route entre les sites d’élevages et les abattoirs ont été calculées grâce au logiciel R et au calculateur d’itinéraire OSRM (Open Source Routing Machine). L’étude se concentre uniquement sur les porcs charcutiers, le champ géographique est limité à la France métropolitaine hors Corse et Outre-Mer, et la période étudiée s’étale de 2014 à 2017.
Etude conduite grâce au financement de FranceAgrimer

Contact :  Berengere.lecuyer@ifip.asso.fr

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires