anonymous

Ruralité: des centaines de millions d'euros d'aides européennes en péril (Guillaume)

Ruralité: des centaines de millions d'euros d'aides européennes en péril (Guillaume)

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a reconnu jeudi que la France pourrait perdre plusieurs centaines de millions d'euros d'aides européennes faute de les avoir consommées, en l'occurrence celles versées par le fonds LEADER, destiné au développement des territoires ruraux.

Seulement 4% des 700 millions d'euros prévus dans l'enveloppe initiale de ce programme étalée sur les années 2014 à 2020 auraient été versés à ce jour, selon la sénatrice des Hautes-Pyrénées Maryse Carrère (PRG), qui interpellait le ministre, lors de la séance de questions au Gouvernement. "Je ne vais absolument pas vous rassurer parce que la situation n'est pas rassurante", a déclaré en préambule le ministre, avant de reconnaître: "Effectivement, la France, c'est absolument un drame, va perdre plusieurs millions, voire plusieurs centaines de millions liés à l'Europe, ce n'est pas acceptable".  

Pour que ces fonds puissent être attribués, a rappelé M. Guillaume, ils doivent passer par les groupes d'action locale (GAL). Ces GAL, qui rassemblent des partenaires socio-économiques du territoire en question, sont "en relation avec les collectivités locales, et notamment les intercommunalités, intercommunalités elles-mêmes qui sont en relation avec les régions", a également rappelé M. Guillaume, évoquant une trop grande complexité du dispositif, nuisant à sa rapidité.  

"Décroissement des aides total"

"Aujourd'hui, comme c'était le cas déjà avant, tous les dossiers ont été présentés, mais très peu de dossiers sont apurés et donc ont pu être payés", a indiqué le ministre. "C'est la raison pour laquelle, pour la future PAC (Politique agricole commune), il faut absolument un décroisement des aides total, une simplification, une clarification. Parce que si nous continuons comme cela, les mêmes causes produiront les mêmes effets et les projets ne seront pas payés", a indiqué M. Guillaume.  

"Depuis deux ans, trois ans, il y a des associations, des collectivités locales qui ont eu des actes d'engagement et qui ne sont toujours pas payées", a-t-il déploré, indiquant que la France intervenait auprès de l'Europe "pour que les choses puissent s'accélérer". Il a ajouté que le ministère travaillait avec Hervé Morin et Régions de France "afin d'essayer de voir comment nous pourrions régler le problème de façon plus rapide".  

"Mais malheureusement je crains que je ne puisse pas vous rassurer, mais essayons ensemble de faire en sorte que les actions engagées par les GAL puissent être payées dans les temps impartis", a conclu M. Guillaume. Il n'a en revanche pas répondu à la deuxième partie de la question, concernant le maintien du niveau de ces aides pour les années 2021-2027, Mme Carrère craignant qu'il ne soit revu en baisse, compte tenu de la "sous-consommation" de ce fonds.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 13

digue3942

pas d'aides , mais des prix .

duracuire

voila le resultat de nos technocrates de l'Europe et de France qui ont montés une usine a gaz perdu ...ce n'est pas la premiere fois que des sommes astronomiques non utilisées retournent a l'envoyeur ,alors Mr le Sinistre de la paysannerie va voir le roi du pays bouge toi de derch pour recupérer le fric et payer les dettes que l'europe doit aux paysans de France

Jean

Voilà le résultat quand le mille-feuilles administratif est plus préoccupé de justifier son existence par des procédures tatillonnes plutôt que d'être au service des administrés.
Mais surtout ne changez rien! ...

cracra

C'est comme ça qu'on donne des arguments aux anti-européens

robin

La France donne "un pogon dingue" à L'UE qui fait toutes les difficultés pour lui en rendre qu'une partie seulement. La France est contributrice net d'environ 9 milliards. Arrêtons cela et faisons le Frexit et la France aura largement de quoi aider ses agriculteurs en remplacement des prime pac qui baissent d'années en années. Pour ma part je suis passé de 30 000€ en 2010 à 21200€ pour 2018. Quel syndicat de salarié accepterait que les salariés perdent 1100€ par an depuis 8 ans, et ce n'est pas fini ! Tout cet argent par dans les pays de l'Est de l'Europe(qui sont bénéficiaires net), et à coté de cela on se fait voler nos matériels (GPS tracteurs, et autres) par des gens venu de ces mêmes pays !!! Cherchez l'erreur !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier