anonymous

Blé dur : rendement record mais production en forte baisse

A.M.

Blé dur : rendement record mais production en forte baisse

Le rendement moyen du blé dur en France, estimé cette année à 57,5 q/ha, est un record. En revanche, la production diminue drastiquement en raison de la chute des surfaces, dont le niveau est au plus bas depuis 1995.

Selon les premières estimations du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, la production de blé dur française est estimée à 1,5 millions de tonnes (Mt) cette année. C’est une baisse de 17,7% par rapport à l’an dernier et de 16,2% par rapport à la moyenne 2014-2018. La raison : la forte diminution des surfaces consacrées au blé dur. Elles atteignent 260 000 hectares cette année contre 354 000 l’an dernier. Selon le ministère, il faut remonter à 1995 pour trouver des surfaces inférieures au niveau national actuel.

Les rendements, eux, seraient en hausse de 12% par rapport à 2018. Dans un communiqué commun publié le 9 août, FranceAgriMer et Arvalis font état de rendements bons, voire très bons, « à l’exception de certains secteurs dans le Sud-Est ». Le rendement moyen au niveau national est affiché à 57,5 q/ha.

Bonne qualité

La qualité n’est pas en reste : « les teneurs moyennes en protéines sont comprises dans une fourchette allant de 13 à 14,5 % selon les bassins », précise le communiqué. Les valeurs les plus faibles concernent les bassins Sud-Ouest et Ouest-Océan où la concentration des protéines a été diluée par les rendements élevés. « Les valeurs sont satisfaisantes à bonnes dans le Sud-Est et même très bonnes dans le Centre », ajoutent les organismes. Les poids spécifiques sont élevés et homogènes entre bassins de production, avec des moyennes régionales systématiquement supérieures à 80 kg/hl.

« Enfin, compte-tenu de l’absence de pluie en fin de cycle et des taux de protéines généralement satisfaisants à bons, le mitadinage semble limité. Le taux de grains mouchetés devrait quant à lui être très bas cette année et ainsi s’adapter à tous les cahiers des charges », notent FranceAgriMer et Arvalis. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier