anonymous

Différentes stratégies de biocontrôle en test

Vendée-Agricole AGRI 85

Différentes stratégies de biocontrôle en test

Dans le cadre d’un projet financé par le conseil régional des Pays de la Loire, la chambre d’agriculture a mis en place, cette année, une plate-forme d’essais dédiée aux produits de biocontrôle sur blé.

Alors que les produits phytosanitaires sont de plus en plus nombreux à être interdits, l’apparition de nouveaux produits de biocontrôle s’envole.
Même si les grandes cultures étaient jusqu’alors peu concernées par ce type de produits, il est de plus en plus proposé aux agriculteurs de les utiliser.
Dans certains cas, ils les utilisent peut-être même déjà sans le savoir.
Le phosphate ferrique, par exemple, contre les limaces, le soufre ou encore le cuivre sont des exemples d’éléments avec une action phytosanitaire qui se retrouvent dans les produits mis sur le marché avec la mention « biocontrôle ».
En plus de cette mention, certains produits sont également homologués pour l’agriculture biologique.
Mais sont-ils vraiment intéressants à utiliser ? S’ils permettent a fortiori de diminuer l’Indicateur de fréquence de traitements (IFT) des produits chimiques, leur efficacité et leur intérêt économique ne sont pas toujours évidents.
Produits de biocontrôle VS maladies du blé
La plate-forme d’essais dédiée aux produits de biocontrôle sur blé mise en place par la chambre d’agriculture a pour objectif de tester différentes stratégies fongicides incluant des produits de biocontrôle, associés ou non à des produits chimiques.
L’étude se limite pour l’instant à la protection contre la septoriose du blé. Plusieurs stratégies fongicides sont comparées. On s’intéresse à l’intérêt de :

  • diminuer la dose du traitement à Deux nœuds et l’associer à un produit de biocontrôle ;
  • remplacer le traitement à Deux nœuds par un produit de biocontrôle seul ;
  • utiliser uniquement des produits de biocontrôle.

Les variables mesurées sont l’impact sur la maladie, sur le rendement et l’intérêt économique.
Cet essai sera reconduit pour la campagne suivante et les résultats diffusés à la fin du projet.
En parallèle, une autre plate-forme, mise en place en Vendée depuis plusieurs années, teste les modalités 100 % biocontrôle en agriculture biologique.
Résultats des essais réalisés depuis 2013
Plusieurs autres essais ont déjà été mis en place les années passées à la chambre d’agriculture Pays de la Loire.
Une synthèse pluriannuelle de ces essais a donc été réalisée et devrait s’enrichir avec les données nouvelles des essais en cours.
La présentation de cette synthèse est visible en replay sur la page du projet « BioCoBlé » sur le site internet de la chambre d’agriculture.
Elle montre notamment que, dans les conditions de la région, les produits de biocontrôle utilisés avec un fongicide à demi-dose pour le premier traitement apportent peu d’intérêt sur le rendement et économiquement par rapport à une modalité traitée uniquement avec un fongicide à demi-dose.
Les modalités de la plate-forme 2020 ont été réfléchies en fonction de ce constat et visent donc à tester des stratégies reposant encore plus sur le biocontrôle que sur le chimique.
Suivre l’utilisation de produits de biocontrôle dans vos parcelles
En parallèle de cet essai, le projet prévoit des suivis de parcelles en conditions « agriculteur ».
L’objectif est d’élargir la gamme de produits testés en partant d’expériences positives dans des conditions réelles.
Si vous êtes intéressés, une enquête a été mise en ligne afin de recueillir vos pratiques et éventuellement de mettre en place un suivi dans l’une de vos parcelles pour tester, de façon plus objective, l’utilisation de ces produits.
Elle s’adresse également à ceux intéressés par le sujet et qui aimeraient avoir plus de références sur un produit en particulier : Céline Bourlet, chambre d’agriculture Pays de la Loire

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier