anonymous

Lancement d'une pétition européenne pour interdire les pesticides de synthèse

Pleinchamp avec l'AFP

Lancement d'une pétition européenne pour interdire les pesticides de synthèse

Interdire les pesticides de synthèse dans l'Union européenne d'ici 15 ans : c'est l'objectif d'une "Initiative citoyenne européenne" (ICE) lancée lundi, qui espère récolter plus d'un million de signatures pour contraindre la Commission européenne à ouvrir le débat.

Cette initiative a été lancée par sept citoyens de l'Union européenne, vivant en Italie, en Roumanie, en France, en Autriche, en Allemagne, en Belgique et en Grèce, selon une présentation de l'ONG française Générations futures. Leur demande a été validée par la Commission européenne. Les ICE sont un outil de participation citoyenne qui permet de saisir la Commission sur des sujets d'initiative populaire. Une ICE, lancée en 2017, a déjà conduit la Commission européenne à revoir sa législation sur le glyphosate, herbicide controversé. Cette nouvelle récolte de signatures se déroulera jusqu'au 30 septembre 2020, sur les sites https://www.savebeesandfarmers.eu/ et https://www.generations-futures.fr/actualites/icepesticides/ pour la France. "Obtenir que les pays se mettent d'accord pour l'interdiction des pesticides en 15 ans, c'est plutôt ambitieux", reconnaît Nadine Lauverjat, coordinatrice de Générations Futures. Mais pour elle, il faut "sortir d'un système agricole à bout". En France, il faudra récolter au moins 55.000 signatures pour cette ICE.

Un appel, "Nous voulons des coquelicots", pour l'interdiction des pesticides de synthèse a recueilli près de 979.000 signatures. Le gouvernement français s'est déjà engagé à sortir de l'essentiel des usages du glyphosate au 1er janvier 2021, et de tous les usages début 2023. Les ONG soutenant cette démarche demandent précisément "l'interdiction progressive des pesticides de synthèse dans l'agriculture européenne à hauteur de 80% d'ici 2030, en priorisant les pesticides les plus toxiques, afin de devenir un territoire +zéro-pesticide+ au plus tard en 2035", selon le dossier de presse. Elles préconisent de "donner priorité aux exploitations agricoles de petite taille, diversifiées et ayant des pratiques durables" et de "restaurer la biodiversité" dans les zones agricoles, alors que la situation est catastrophique, avec une disparition massive des insectes et de leurs prédateurs (oiseaux, hérissons, lézards, amphibiens).

"Je ne pense pas que cette initiative avec cette focalisation sur les pesticides de synthèse apporte quoi que ce soit comme solution. Avoir un débat sur l'amélioration du profil des produits, sur l'amélioration des évaluations, c'est déjà en cours au niveau européen et c'est tout à fait légitime. Mais on ne peut pas faire une distinction entre pesticides de synthèse ou naturels, a priori", a pour sa part réagi Eugenia Pommaret, directrice de l'UIPP, qui représente les industriels producteurs de produits phytosanitaires, à l'AFP. "L'esprit du règlement européen c'est qu'il ne fait pas de distinction entre produits de synthèse et naturel, mais entre les produits de base à faible risques et les autres. Si un produit de synthèse est à faible risque il ne doit pas être écarté au profit d'un produit naturel qui n'est pas à faible risque", a ajouté la représentante de l'UIPP.

Actuellement, chaque Etat de l'UE peut instaurer un programme de réduction des pesticides. En France, deux plans successifs en ce sens ont échoué. Une nouvelle mouture prévoit de réduire de 50% l'utilisation des produits phytopharmaceutiques d'ici 2025. Pour Nadine Lauverjat, l'exemple français des 3.000 fermes Dephy engagées dans des pratiques économes en pesticides montre que c'est possible.

Sur le même sujet

Commentaires 21

coast62

j'ai suivi une conférence de Sylvie Brunel, géographe, professeure à la Sorbonne , et auteur du livre "demain il faudra nourrir le monde". Elle nous a montré une belle photo de champs de coquelicots bien alignés , et au moment de la récolte (fait par des enfants) des barbus qui surveillent avec des kalachnikovs, on était en Afghanistan, car coquelicot= opiacé = opium. Pour l'alimentation équine, les récoltes et les usines de transformation doivent être indemnes de graines de coquelicots, il ne faudrait pas que les canassons soient contrôlés positifs aux tests anti dopage.. ".Nous voulons des coquelicots", je crois que ces intégristes en consomment déjà un peu trop...La participation citoyenne devrait commencé devant leur porte

aze

bien parler bouillon .

sylvie

nous voulons des coquelicots
assez de cette sottise.
nous cultivons du blé ou des adventices; bio ou pas, l'agriculture a toujours cherché des techniques pour réduire la concurrence des adventices.
les impuretés dans les récoltes ont pour corollaire des sanctions sur le prix.
exemple vécu, dans un champs bio de 3ha de blé, à la récolte après triage du vulpin, il ne restait que 5 qx de blé dans la benne de 15 tonnes, l'agriculteur était le pionnier du bio dans le département.
ces ong sont souvent constituées de vieux grincheux, de jeunes rêveurs, hors sol sur les réalités économiques, égoïstes et narcissiques.

Bouillon

La famine pour tous ces Bobos , écolos qui ont le ventre plein ! Qu'on les envoie dans les champs arracher les chardons , les ronces et après on n'en reparle !
On interdit les phytos : ok ! A ce compte là : interdisons toute la chimie dans les hôpitaux ( plus personne ne sera opéré , soigné , traité , l'anesthésie se fera à l'ancienne ! ), les vielles maladies disparues comme la peste ou la tuberculose reviendront . Dans les maisons : plus de produits ménagers , plus de télé , plus de pc , de smartphones , plus de voitures . Plus de loisirs , plus d'avions , plus d'autoroutes , plus de vacances , plus rien : retour au moyen âge et une espérance de vie de 35 ans !
La friche partout !
Ils seront contents, les amoureux des coquelicots!

Jo

Quand le pétrole sera encore plus cher faudra toujours interdire
que l'air sera encore plus pollué..
Combat préférer boire l'eau filtrée ou porter des masque à gaz ?
En plus la séquestration de carbone ne sera pas équilibrée avec des tracteurs et des machines thermiques.
J'imagine par contre que d'ici 40 ans y'aura des robots des araignée robots qui marcheront au solaire et qui viendront biner les champs mais bon faut encore attendre !!
On a 90 000 chance que la terre explose avec une météorite ou connerie du genre et on se prend la tête tout le temps la tête au lieu de payer les chercheurs pour trouver des couverts robust et associé à nos blé.. Mais non faut faire chanter alt aux sorcières.
Supprimer la chimie va dire ça au malades qui ne peuvent vivre qu'avec leur médicament
deux pois deux mesures svp respecter l'agriculteur qui est déjà largement surveillé

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier