Le glyphosate autorisé pour cinq ans de plus dans l'UE

avec AFP

L'avenir du glyphosate discuté à l'échelle européenne.

Les Etats membres de l'UE, réunis au sein d'un comité d'appel, ont voté lundi en faveur d'une nouvelle autorisation pour cinq ans de l'herbicide controversé glyphosate, ce qui constitue une surprise, a annoncé la Commission européenne.

Les Etats membres ont accepté lundi de réautoriser pour 5 ans le glyphosate lors d'un comité d'appel après plus de deux ans de débats intenses sur cet herbicide controversé. C'est une surprise, à trois semaines de la date d'expiration de la licence actuelle, tant les divisions semblaient insurmontables, le Glyphosate étant devenu une question sociétale après son classement comme "cancérogène probable" en mai 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (un organe de l'OMS).

Les neuf pays qui avaient déjà dit non au cours d'un premier vote le 9 novembre ont campé sur leur position, selon des sources européennes, le scrutin se déroulant à huis clos. La France notamment a réitéré son opposition. Dimanche, la secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique Brune Poirson avait réitéré l'engagement de Paris en faveur d'une sortie progressive du glyphosate et d'une durée plus courte d'autorisation.

Changement de cap de l'Allemagne

Cette fois, 18 pays ont soutenu la proposition de la Commission - contre 14 au tour précédent -, permettant tout juste d'atteindre le seuil de plus de 65% de la population de l'UE nécessaire pour une majorité qualifiée. Le changement de cap de l'Allemagne a pesé dans la balance, alors qu'elle s'était abstenue le 9 novembre. Selon une source proche du dossier, Berlin a demandé des modifications au texte proposé en lien avec des restrictions sur l'usage privé du glyphosate et le respect de la biodiversité.

La ministre allemande de l'Environnement Barbara Hendricks, membre du Parti social-démocrate (SPD), s'est aussitôt émue de ce vote dans un communiqué. Elle explique avoir signifié une nouvelle fois son opposition à une nouvelle autorisation, "même sous certaines conditions" à son homologue à l'Agriculture, qui appartient lui aux conservateurs de la CSU. "Il était clair que l'Allemagne devait s'abstenir", a estimé Mme Hendricks.

"Le vote d'aujourd'hui montre que quand nous voulons, nous pouvons partager et accepter notre responsabilité collective dans la prise de décision", s'est félicité le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis, dans un communiqué. La Commission va maintenant adopter une décision avant que l'autorisation actuelle n'expire le 15 décembre. Si le vote en appel de lundi avait aussi enregistré une impasse, c'est l'exécutif européen qui aurait dû trancher.

"Enfin du pragmatisme!" déclare la FNSEA

La FNSEA n'a pas tardé à réagir en titrant son communiqué : "enfin du pragmatisme!". "Nous actons ce compromis de 5 ans qui n’a été possible que grâce au pragmatisme d’un grand nombre d’Etats membres européens et nous déplorons que la France ne s’y soit pas ralliée et ait choisi de faire bande à part", précise le syndicat.

Et d'ajouter : "Mais ce temps politique reste en décalage avec le temps de la recherche scientifique". Pour ne laisser aucun agriculteur "dans une impasse technique", la FNSEA rappelle avoir signé, avec une quarantaine d'organisations agricoles et de recherche, "un contrat de solutions visant une trajectoire de progrès afin de réduire les usages, les risques et les impacts des produits phytosanitaires".

Le principal syndicat d'agriculteurs européen, le Copa-Cogeca, aurait lui aussi espéré une durée plus longue, la législation européenne permettant d'autoriser une substance pour 15 ans. "Même si c'est une bonne nouvelle que la décision ait été prise, mettant fin à l'incertitude pour les agriculteurs et leurs coopératives, nous sommes préoccupés par le fait que l'UE se soit accordée pour une réautorisation pour cinq ans et non 15", a expliqué le syndicat dans un communiqué.

La Coordination rurale, deuxième syndicat agricole français, a pour sa part "salué le signal de sagesse que Bruxelles a voulu transmettre avec le renouvellement du glyphosate pour cinq ans". "Cinq ans, c'est mieux que trois ans mais ne l'oublions pas, cette période doit être consacrée à la clarification du classement toxicologique du glyphosate, à une révision éventuelle de ses conditions d'utilisation et à la mise au point de solutions alternatives concernant le désherbage total", a jouté la Coordination.

"C'est une journée assez noire pour les paysannes et les paysans. Cela montre que leur santé n'est pas importante", a pour sa part commenté le porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, déplorant que "le travail de lobbying ait bien marché".

Des ONG "scandalisées "

L'Union européenne, en autorisant pour cinq ans de plus le glyphosate, a "balayé le principe de précaution et la santé du revers de la main", ont dénoncé lundi Générations Futures, Foodwatch et la Ligue contre le cancer, "scandalisées" et appelant le gouvernement français à agir de son côté.

"En accordant un sursis supplémentaire à Monsanto, Bayer et compagnie, la Commission européenne balaie le principe de précaution et la santé du revers de la main, de même que la voix des millions de citoyens qui ne veulent plus de l'herbicide le plus controversé de la planète", dénoncent dans un communiqué commun les trois organisations.

Une pétition officielle demandant la disparition progressive du glyphosate dans l'UE, classée "initiative citoyenne européenne", a récolté plus d'un million de signatures. Elle a été déposée auprès de la Commission qui doit y répondre d'ici le début de l'année prochaine.

Pour en savoir plus : opposée au choix de l'UE, la France se donne trois ans pour sortir du glyphosate

Sur le même sujet

Commentaires 63

écume 173

certes on ne parle que du glypho mais il y'a plein de produit qui ont déjà étés interdits. pour faire des couverts le glypho il a un intérêt .si on l interdit on peut interdire l importation des denrées OGM traitees au glypho pas mal non? alors au lieu de vociférer sur le tabac les avions les bobos les bios( qui n ont rien demandés)le mercure le plomb les mecs qui partent en vacances on fait quoi? peut être échanger nos propos quelque soit notre agriculture!

BLEUE276

viking et gr26 très bons commentaires objectifs, j' ai fait un commentaire la semaine dernière sur la consommation d' un Airbus=1.5l/passager et par km, c' est bien plus inquiétant( j ai encore entendu que c'était les animaux qui polluaient le plus en CO2).Je ne comprend pas pourquoi tous ses irréalistes ONG.. ne campent pas devant nos usines d' armement qui tournent en ce moment à plein règime pour armer les autres et les faire entretuer, peut être que la guerre n 'est pas encore classée mortelle pour l' homme ni cancérigène probable.Ils pourrait aussi manifester à la MAFIA le mauvais recyclage des déchets en tous genre surtout radioactifs. qui analyse toutes ses cheminées d' usines(fos sur mer...)?

viking 537

chez nous le problème du glyphosate est résolu,le soleil s en charge.dans certaines régions du sud pluviométrie inf à 500mm par an en 2011 2015 2017(170mm ces 6 derniers mois).Ala cop 23 notre président tient des propos alarmistes et peu aprés se félicite de la vente de 400avions.d ici 20 ans le trafic aérien doit doubler sur notre pauvre planète .cela me préoccupe bien plus que tous ces sujets minimes qui nous saoulent

GR26

DDT et atrazine, on commençait seulement à s’inquiéter des conséquences... la différence c'est que si le glypho avait la même dangerosité je pense que de nos jours on ne se contenterait plus de dire suspicion...comme pour la météo, récemment on annonçait sur plein champ alerte tempête chez moi, le vent a soufflé à seulement 40 ou 50 max. Le danger d'une exposition chronique à l'amiante est connu depuis 1900, on l'a interdit en 1997, j'ai un hangar couvert en fibros, personne n'a pour autant pris un cancer à cause de cela, comme tout, çela dépend de la façon de l’utiliser, sûr que si on en bourre partout ou qu'on le découpe à la disqueuse! un hangar pourri en tuiles, c'est + dangereux! Mais pour le loup moins de précautions!

GR26

CRASH38, salut voisin. Sans la prétention de tout savoir, je voudrais juste permettre à certains de réviser leurs certitudes. J’ai appris le français... passé un bac électrotechnique avant les années 1970… puis travaillé quelques années dans ce métier, mais surtout trainé mes semelles plus de 60 ans dans les champs. J'aime observer, réfléchir, etc., et apprendre des anciens, alors que certains ont fait 5 ans après un bac "pochette surprise", pour parler, ensuite de ce qu’ils ne connaissent que sur le papier, sans logique, ni connaissance pratique de notre métier. Ceci dit, je ne suis pas bio, mais je fais une bonne part de mes cultures avec le minimum de phytos, voire souvent sans). Soyons seulement lucides, réalistes.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires