Un châssis articulé sur le pulvérisateur Blaster d’Arbos

Raphaël Lecocq

Un châssis articulé sur le pulvérisateur Blaster d’Arbos
Arbos

L’articulation améliore la couverture à l’amorce de la fourrière et réduit le rayon de braquage. Le Blaster est doté d’une cuve de 4.000 litres et de rampes en alu jusqu’à 36 m. Médaille de bronze au Sima 2019

La présence d’un essieu suiveur sur des pulvérisateurs trainés n’est pas totalement inédite. Evard le propose en option sur sa gamme Meteor. Chez Arbos, la marque italienne appartenant au groupe industriel chinois Foton Lovol (automobile, transport, agriculture...), l’essieu directeur est proposé de série sur les Blaster. Son fonctionnement repose sur des capteurs de direction positionnés sur l’anneau d’attelage et sur l’axe de rotation de l’essieu du pulvérisateur. Deux vérins assurent la rotation de l’essieu, caractérisé par une suspension indépendante sur chaque roue.

Un châssis articulé sur le pulvérisateur Blaster d’Arbos

Triple avantage

Selon Arbos, le fait de réduire la distance entre la rampe et l’axe de rotation du pulvérisateur trainé revêt plusieurs avantages : un meilleur contrôle de la rampe qui demeure toujours parallèle à l’axe des roues du pulvérisateur, une application à pleine largeur au plus près du bout du champ grâce au retardement du virage de la rampe par rapport à celui du tracteur et enfin une réduction au minimum des accélérations et décélérations respectivement à l’extérieur et à l’intérieur de la courbe peu de temps avant et après le demi-tour, une réduction du rayon de braquage, soit 4 m avec le 4.000 litres proposé avec des rampes alu (jusqu’à 36 m) avec système de stabilisation de rampe AktivContour. Arbos propose aussi un pas de buse de 25 cm, ce qui permet de réduire la distance entre la rampe et la cible (comparativement à un pas de 50 cm) et donc les risques de dérive.

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier