Trois fois moins de pesticides dans les vins de Bordeaux qu'il y a quatre ans (Que Choisir)

Trois fois moins de pesticides dans les vins de Bordeaux qu'il y a quatre ans (Que Choisir)

Les vins de Bordeaux contiennent toujours des résidus de pesticides mais trois fois moins que lors de tests menés en 2013, indique mercredi l'UFC-Que Choisir dans la dernière livraison de son magazine.

L'organisation de consommateurs a fait rechercher 177 molécules dans 38 grands crus de Bordeaux (des millésimes 2014) et deux vins non classés (un 2014 et un 2015). "La plupart des bouteilles que nous avons analysées sont contaminées et contiennent de une à six molécules", précise Que Choisir. "Au total, 11 composés chimiques de synthèse différents ont été détectés". Selon l'association, "seulement trois bouteilles sont épargnées (Château Durfort-Vivens, Château Pontet-Canet, Château Clerc Milon) et d'autres ne contiennent que des traces trop faibles pour être quantifiées (Château Beychevelle, Alter Ego de Palmer, Château Malescot Saint-Exupéry)". "Trois bouteilles sans résidus sur quarante testées: ces résultats peuvent sembler inquiétants. Ils sont plutôt révélateurs d'efforts accomplis dans ce domaine", relève-t-elle.  

Contamination

En 2013, un test portant sur 92 bouteilles en provenance de toute la France avait démontré "une contamination générale des vins. Ceux issus du Sud-Ouest n'étaient pas en reste: 33 molécules différentes avaient été détectées, dont deux interdites en France. Trois fois plus qu'aujourd'hui", souligne l'association. En outre, il y a quatre ans, les bouteilles contenaient "en moyenne 268 ?g/l de résidus. Même si ce calcul a peu de signification toxicologique, on ne peut que se féliciter de voir cette moyenne descendre à 91 ?g/l", souligne-t-elle. Les molécules détectées ne sont ni cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques, ni considérées comme des perturbateurs endocriniens, à l'exception de l'iprodione, un fongicide présent "en très faible quantité" dans trois vins (Château Prieuré-Lichine, L'Héritage de Chasse-Spleen, Mouton Cadet), précise l'UFC-Que Choisir. Pour l'ensemble des vins analysés, "aucun dépassement des limites maximales de résidus autorisées" n'a été détecté.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

ecume 173

echangerai 2 bouteilles de2012 contre1 bouteille de 2017

GR26

Je ne prétends pas être un spécialiste, mais si on compte seulement sur le potentiel génétique, je crains sur le résultat, et le temps que ça va prendre. On a des variétés de vigne qui font la qualité de notre vin, il ne s'agit pas pour des raisons d'écologie, et plus... de les faire disparaitre au profit de plans résistants qui nous fourniront de la M... comme pour les tomates, ou autres produits qu'on trouve en supermarchés. Il serait peut être temps que les écolos arrêtent de mettre des bâtons dans les roues des chercheurs qu'on puisse par exemple rajouter des gênes de résistance aux maladies, ce qui serait bien plus rapide. Quand il s'agit de l'être humain, pour une meilleure santé, ils l'acceptent sans se poser de questions d'éthique!

ecume 173

que cette bonne nouvelle nous empêche pas de voir s il n y a pas d autres solutions. peut être découvrir le potentiel génétique des plantes et arrêter de défendre les firmes phytosanitaires les obligerait à faire mieux

jean

la déruralisation de la France s'accompagne de campagne de désinformation comme si il était possible de produire sains sans faire aucun traitement.tout les vins y compris il y a trois ans étaient inférieur au seuil de toxicités.Le terme contaminés ne devrait pas être utilisé.Les traces trouvées sont très infimes car aujourd'hui les analyses détectent tout a des quantites infiniment petit d'ailleurs votre article n'a pas pu mettre a quel unité correspondait les chiffres.

GR26

Peut être y a t-il aussi quelques traces d'opportunisme dans leur breuvage, avec un bel emballage, c'est toujours mieux ! mais ne soyons pas trop négatifs, car... '' Pour l'ensemble des vins analysés, "aucun dépassement des limites maximales de résidus autorisées" n'a été détecté.....et surtout: "ce calcul a peu de signification toxicologique". (ou autrement dit, parler pour ne rien dire) Le bon côté, c'est qu'en seulement 4 ans on a diminué le nombre de molécules par 3, sans dépasser les limites autorisées. Je ne pense pas que les Français qui nous critiquent seront capables de diviser leurs pollutions par 3 en 4 ans.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires