22% des exploitations agricoles sont engagées dans une démarche de qualité

Lentille du Puy

Selon une étude publiée mercredi par Agreste, plus d'une exploitation agricole sur cinq est engagée dans une démarche de qualité, désignée sous diverses appellations telles que AOP/AOC, IGP ou Label rouge.

A l'occasion du dernier recensement agricole en 2010, 106.500 exploitations de France métropolitaines réalisaient au moins une production sous signes de qualité, hors viticulture et produits biologiques, soit 22% de l'ensemble des exploitations de l'Hexagone. Ce sont les producteurs laitiers qui choisissent le plus fréquemment une démarche qualité, avec plus de la moitié des 23.400 exploitations en Appellation d'origine protégée (AOP). L’appellation AOP désigne à l'échelle européenne un produit dont toutes les étapes de fabrication sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même zone géographique. De la même façon que l'Appellation d'origine contrôlée (AOC), à l’échelle de la France, qui désigne un grand nombre de produits allant de la lentille du Puy au piment d'Espelette, en passant par la volaille de Bresse ou encore le chasselas de Moissac.

Toutefois, ce sont les régions productrices de beurre ou de fromages d'appellation qui occupent une place importante en France, avec 28% des exploitants franc-comtois et 14% des agriculteurs auvergnats engagés dans une production AOP.

Par ailleurs, plus de 8.200 exploitations déclarent une production sous Indication Géographique protégée (IGP), label d'identification européen désignant un produit dont les caractéristiques sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule au moins sa production ou sa transformation.

Le Label Rouge est un autre gage de qualité et concerne en France métropolitaine 4,5% des exploitants, en grande partie des producteurs de viande. Le Limousin est une des régions les plus concernées avec 23% de ses agriculteurs engagés dans cette démarche (dont 1 sur 3 pour les éleveurs de bovins).

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier