83% des Français regardent d'abord les prix des produits alimentaires

Au moment de remplir leur chariot, 83% des Français disent donner la priorité aux prix des produits alimentaires, bien avant leur date de péremption et leur provenance, selon une étude TNS.

Cette enquête réalisée dans le cadre des « Entretiens de Rungis », montre que les Français sont aussi nombreux (83%) à considérer que les prix des produits alimentaires se sont détériorés par rapport il y a une dizaine d'années.
 
 Outre les prix, le goût des produits et leur qualité se sont aussi dégradés, estiment respectivement 41% et 33% des personnes interrogées. Il y a quand même des motifs de satisfaction: la diversité et le choix (68%) des produits se sont améliorés, ainsi que la sécurité alimentaire (51%).
 
 Reste qu'en ces temps de crise, les Français sont toujours plus nombreux à faire d'abord attention au prix, 83%, soit 5 points de plus qu'il y a trois ans. La date de péremption, qui arrive en deuxième position dans leur préoccupation (65%), a perdu six points en trois ans.
 
 Quant à la provenance des produits -savoir s'ils proviennent de France ou non-, elle est de plus en plus prise en considération par le client. Elle a bondi à 45%, soit 11 points de plus en trois ans.
 

 82% gardent une bonne image de l'agriculture

 Cette étude, réalisée par TNS Sofres les 18 au 19 mai auprès de 1.000 personnes, relève que les Français ont une bonne image de l'agriculture (82%) mais que leur vision de ce secteur reste floue, tant l'opinion est divisée sur les grands sujets.
 
 40% des Français pensent que les conditions de travail des agriculteurs se sont améliorées au cours des dernières années, contre 37% qui pensent qu'elles se sont détériorées.
 
 Les Français peinent aussi à avoir un avis quant au rapport qu'entretiennent les agriculteurs avec l'environnement: 48% considèrent que les paysans utilisent de plus en plus de pesticides (contre 42%) tandis que 40% jugent que la plupart respectent l'environnement (contre 54%).
 
 Un cinquième des Français (19%) pense que l'influence politique des agriculteurs s'est améliorée, un tiers (36%) qu'elle s'est détériorée et un tiers (33%) qu'elle n'a pas changé.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier