A Bordeaux : Plaidoyer mondial pour l'agriculture familiale

A Bordeaux : Plaidoyer mondial pour l'agriculture familiale

Les jeunes agriculteurs ont lancé jeudi depuis Bordeaux un manifeste mondial pour l'agriculture familiale afin de dire non à l'agriculture de firme, non à l'accaparement des terres et non à la mort lente des campagnes.

A l'initiative du syndicat français des Jeunes Agriculteurs (JA) et de l'association de solidarité Afdi (Agriculteurs français et développement international), Bordeaux accueille le premier sommet international de jeunes paysans depuis dix ans.

L'Organisation des Nations unies (ONU) a décidé de faire de 2014 "l'année de l'agriculture familiale" dans le cadre des "Objectifs du Millénaire", qui visent à réduire de moitié l'extrême pauvreté et la faim dans le monde d'ici à la fin 2015.

Reconnaissance du métier d’agriculteur

Les jeunes agriculteurs, concernés en premier chef par le sujet, ont à cœur de faire entendre leur voix. Ils ont ainsi présenté jeudi un manifeste, rédigé par plus de 60 organisations nationales issues des cinq continents et destiné aux dirigeants du monde entier.

Ils réclament notamment la reconnaissance du métier d'agriculteur au sein de l'Organisation internationale du Travail (OIT) et la réactivation d'un G20 agricole. Un seul sommet de ce type a eu lieu pour l'heure à Cannes en 2011, sur fond de très forte volatilité du prix des matières premières agricoles.

"Alors que les agriculteurs familiaux représentent 40% de la population active mondiale, on a besoin d'une reconnaissance, et d'une professionnalisation. Je ne vois pas pourquoi, pour certaines professions, on demande un diplôme et pas pour être agriculteur", a expliqué Thomas Diemer, président des Jeunes Agriculteurs de France.

"Par ailleurs, nous voulons aussi défendre l'agriculture familiale, celle qui aide au développement des territoires ruraux, par rapport à l'agriculture de firme où l'objectif est la rentabilité et où l'agriculteur perd la maîtrise de son outil de production", a poursuivi ce vigneron et céréalier alsacien.

Des investisseurs chinois dans l’ouest canadien

Et, selon eux, ces principes sont valables partout dans le monde, en dépit des différents modèles agricoles. C'est ainsi que se côtoyaient jeudi à Bordeaux Hahidara Ouedraogo, burkinabè, qui cultive des céréales et des légumes sur moins de cinq hectares avec deux boeufs pour machine, et Alex Berthiaume, éleveur québécois à la tête d'un immense cheptel de 150 vaches laitières, 3.000 porcs, 125.000 poulets. Deux poids, deux mesures, mais une même volonté de défendre l'agriculture familiale.

"Nous aussi, on est victime de l'accaparement des terres: le sujet chaud du moment, c'est l'arrivée massive d'investisseurs chinois dans l'Ouest canadien", raconte ainsi le Québécois. Le problème majeur pour ce jeune diplômé d'un master d'agroéconomie est le foncier agricole car aucune institution ne gère les terres agricoles chez lui.  Et, dans un pays où les agriculteurs ne représentent plus que 2% de la population, la question de la vocation est cruciale.

Pour Hahidara Ouedraogo, 80% de la population de sa région vit de l'agriculture et, dans sa région sèche, n'est pas trop confrontée au problème d'accaparement: "Chez nous, les demandes sont plus par rapport à la formation et l'accès au crédit", explique-t-il.

35 millions d'hectares de terres agricoles accaparées

Arrivé en fin de sommet, le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a promis de porter ce message à ses homologues, lors de la Journée mondiale pour l'alimentation organisée par l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) le 16 octobre prochain à Rome.

Dans le cadre de cette journée, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), organisme intergouvernemental, adoptera le « principe d'investissements responsables dans l'agriculture » alors que 35 millions d'hectares de terres agricoles ont été accaparés depuis 2000, indique-t-on dans l'entourage de Stéphane Le Foll.

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 8

scarlus

youpala tu n'es pas pour les ja !!!???
chez nous il n'y a pas de difference entre un ja (CNJA) et un ja(conf) ou un ja (cr) un ja est un ja et il est prioritaire pour s'installer.....d'autre part en cdoa toutes les couleurs de ja sont représentées ...
il y a toujours une volonté de dénigrer (ou pas) en fonction de l'origine du ja ce n'est pas très beau tout cela !!...

AIGLE201

On croit rêver les défendeurs des 1000 vaches et de l'accroissement généralisé de la taille des exploitations parle d'agriculture familiale, familiale peut être mais à la façon de la série DALLAS .....

dasa

ils sont marrant à la couveuse de la fnsea , ils font les petits coqs et quand papa gronde ils rentrent gentiment dans le rang , ils peuvent dire ca une fois gavé ils ne prennet pas grand risque

reg17

@youpala je suis tout à fait d'accord avec toi et je pensais la même chose en lisant l'article Dans le 17 c'est la même chose

BANANE381

beau discours, belle initiative mais la réalité est tout autre

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier