A Nantes : Un «mur d'incompréhension» de paille et de plumes

Plus de 2.000 agriculteurs et près de 300 tracteurs sont arrivés à la mi-journée au centre-ville de Nantes. Les agriculteurs y ont érigé un «mur d'incompréhension» fait de plumes et de paille.

Plusieurs filières étaient représentées à Nantes, où derrière des pancartes où on pouvait lire : «Le porc français coule, veut-on le sauver ?» ou encore «Sarkozy, la France qui se lève tôt veut vivre dignement de son travail. L'agriculture a un prix».

«Tout va mal, la viande bovine depuis des années, les porcs n'en parlons pas, le prix des céréales a chuté, les charges ont augmenté : on n'a pas une production pour soutenir l'autre», explique Elisabeth Huger, agricultrice en Sarthe, venue manifester à Nantes.

Les agriculteurs avaient pris avec eux dans des remorques des plumes, de la paille et des parpaings destinés à ériger un «mur d'incompréhension» devant la préfecture. Une barque doit aussi être coulée dans l'Erdre pour symboliser le naufrage de l'agriculture.

« On aime notre métier et on veut en vivre décemment. Il ne faut pas oublier qu'un agriculteur fait travailler sept personnes liées à l'agriculture », par exemple dans les usines d'abattages, explique Michel Collet, agriculteur sarthois.

D'autres rassemblements étaient organisés dans l'Ouest, comme à Rennes, où, entre 1.000 et 1.500 manifestants se sont réunis avec 110 tracteurs, provoquant des perturbations de la circulation en centre-ville. La Fnsea attendait entre 2.000 et 3.000 personnes dans cette ville, fief du président de la Fnsea Jean-Michel Lemétayer.

A Caen, 350 personnes se sont rassemblées avec quelques tracteurs. Par ailleurs, environ 350 tracteurs convergeaient en fin de matinée vers le centre de Rouen, provoquant d'importantes difficultés de circulation.


Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier