Agricultrice : un agriculteur comme les autres

V. Motin

Agricultrice : un agriculteur comme les autres
- © VM

Virginie Sartorio est installée à Creully. Elle a repris l'exploitation de sa mère, en 1996. Son mari travaille à l'extérieur. Entre la vie familiale, la ferme et les engagements à l'extérieur, les journées sont bien remplies.

« C'est une ferme de femme depuis plus de 30 ans », sourit l'agricultrice. Virginie Sartorio est installée depuis février 1996. Elle a toujours été l'unique chef de son exploitation. La transmission a été réalisée entre la mère et la fille. « Mon père est décédé en 1984, j'ai d'abord été aide familiale ». Le choix de ce métier ne l'a pas beaucoup questionné. Mais, Virginie Sartorio devait d'abord convaincre sa mère qui trouvait le métier trop dur. « Après une licence de sciences économiques, je suis allée à Maltot. J'y ai obtenu le diplôme agricole nécessaire à mon installation ».
Emploi du temps chargé

La ferme compte aujourd'hui 40 vaches laitières, 80 hectares de plaine et 25 ha d'herbages. De quoi bien remplir les journées avec un mari qui travaille à l'extérieur, en tant que pharmacien, et 4 enfants (25, 20, 17 et 14 ans). L'exploitante s'appuie cependant sur un salarié. « On peut ainsi travailler un week-end sur deux. Nous avons chacun nos tâches respectives. Par exemple, il sème et je prépare le sol. Le matin, je trais pendant qu'il soigne les animaux. Je dois également me dégager du temps pour la partie administrative  Et hormis la moisson, nous n'effectuons aucun travail de plaine le week-end. Le soir, tout doit être terminé à 19 heures. J'essaie de tenir ce rythme ». S'y ajoute la vie familiale. « Pour une femme, je pense que c'est plus difficile. Quand je rentre chez moi, le repas n'est pas prêt ». En tant que femme, Virginie Sartorio ne ressent aucun problème d'intégration dans le secteur agricole, même si c'est « parfois un monde d'homme ». « On le voit chez les jeunes, les femmes prennent de plus en plus de responsabilités. Au sein de l'organisation des producteurs Danone, nous sommes aujourd'hui trois productrices ».

Représenter le monde agricole

Reste la question de la représentation des femmes dans les organisations agricoles. « Si on est chef d'exploitation, mariée avec des enfants, nous avons déjà beaucoup de responsabilités. S'investir ailleurs demande beaucoup de temps ». L'agricultrice est également élue localement. Elle siège au conseil municipal. « Je voulais que l'agriculture y soit représentée. C'est important ». Homme ou femme, Virginie Sartorio ne ressent pas de différences. Pour elle, l'exploitante agricole est un exploitant comme les autres.

Source l'Agriculteur Normand

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 4

IDEALE44

Ah apparemment, je me suis mal exprimée maineetloire. C'est la rédaction de l'article que je remet en cause en fait. Pour les articles concernant les agricultrices, je remarque que les termes employés ne sont pas les mêmes que pour les hommes. Tu ne verras pas écrit un article indiquant qu'un agriculteur "s'appuie" sur un salarié mais il "emploie" ou il "a" pas un verbe qui sous entend qu'il ou elle n'est pas complètement indépendante comme un homme. Je sais que vous verrez ça comme un détail et si c'est les agricultrices était des agriculteurs comme les autres on n'en ferait pas des articles!!!!

mainetloire

Désolé ideale44 je suis exploitant j ai un salarié on ne travaille que très rarement les we on fini vers 19h20 nous n avons pas de vache nous produisons essentiellement des semences (plein champ et sous abris) nous tenons à notre vie de famille l'orsque j ai lu cet article je l'ai trouvé très proche de notre façon de travailler je suis aussi élu dans ma commune Être exploitant ne veut pas dire d etre exclave de son travail...comme tout le monde aujourd hui j ai des gros soucis de trésorerie mais.....j aime mon métier et ma famille on arrive à concilier les deux sans aucun probleme

le goulot

exemple rare,choix de vie différent (pharmacie ,élevage).La vie de ce couple sort certainement des sentiers battus,chacun son métier,ses problèmes ses fatigues ou bien peut-on partager ses soucis ,ses plaisirs.A 19 heures la vie de famille efface tout ? ou la course continue

IDEALE44

J'ai remarqué tout de même une différence de traitement dans ce portrait: "L'exploitante s'appuie cependant sur un salarié", ce qui est très juste au demeurant pour n'importe quelle situation ou on emploie des salariés mais vous ne verrez quasiment jamais ce commentaire pour un agriculteur.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires