Agriculture Biologique : L'Aveyron, champion des ovins bio

Alexandre CAYRAC

Agriculture Biologique : L'Aveyron, champion des ovins bio

150 éleveurs, techniciens et chercheurs se sont retrouvés mercredi et jeudi au Lycée agricole de Saint-Affrique, pour les journées techniques nationales en ovins bio. L'occasion de faire le point sur une filière dans laquelle le département de l'Aveyron est très bien positionné.

L'élevage ovin en agriculture biologique est encore une production quelque peu confidentielle. Fin, 2006 seulement 913 élevages ovins étaient conduits selon le mode biologique en France, dont 414 laitiers. Le nombre de brebis bio a d'ailleurs connu un net tassement ces dernières années après 10 ans de croissance forte et régulière. Les difficultés de la filière ovine dans son ensemble, les problèmes de commercialisation des produits bio, ainsi que les exigences du modèle de conduite d'élevage biologique n'ont en effet pas incité les éleveurs à choisir ou continuer cette production.
Malgré tout, la région Midi-Pyrénées, et plus particulièrement le département de l'Aveyron, sont les principaux pourvoyeurs d'ovins bio dans le pays. L'Aveyron compte en effet 14,9% du cheptel ovin bio national.

15 millions d'euros pour structurer les filières

Côté commercialisation, si le lait bio est collecté et valorisé par des laiteries «dites conventionnelles», la viande ovine est elle à 42% vendue par des boucheries et à 35% par les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS). Mais le circuit encore privilégié par les éleveurs ovins bio reste celui de la vente directe qui constitue souvent une garantie de revenu que ne leur assurent pas toujours les filières organisées.
Le premier challenge pour l'élevage ovin bio est en effet d'organiser l'aval de la filière afin de valoriser la totalité de la carcasse des animaux et faire en sorte que la production soit plus en phase avec la consommation, en terme de quantité et de saisonnalité.
Elisabeth Mercier, directrice de l'Agence Bio, a d'ailleurs rappelé que le plan de développement de l'agriculture biologique qui est actuellement en construction, prévoit une enveloppe spécifique à la structuration des filières de commercialisation en agriculture biologique de 3 millions d'euros par an pendant 5 ans. Ce plan aura pour but de financer des projets économiques et notamment des groupements de producteurs.

Allier production, revenu et bio

La demande de produits bio est en plein essor, notamment depuis 2000 pour le lait de brebis bio. La production elle n'est pas toujours au rendez-vous. Olivier Patout, de l'Association Vétérinaires Eleveurs du Millavois, et Thierry Taurignan du Centre d'Etudes et de Techniques Agricoles Herbe au Lait ont tenté d'aborder les défis auxquels sont confrontés les élevages bio.
Pour les deux chercheurs, l'élément clé de la marge brute en élevage ovin lait bio est l'autonomie alimentaire. Or, les sécheresses successives ont rendu les élevages plus dépendants des achats extérieurs en fourrages grossiers, diminuant donc leur marge. Les changements climatiques qui s'annoncent ainsi que le maintien du coût des matières premières à un niveau élevé devraient par ailleurs peser encore plus fortement les revenus dégagés par les éleveurs ovins bio, malgré un prix au litre payé au producteur plus élevé.

Augmenter la production ?

Or, les entreprises sont demandeuses et manquent de lait bio. Pour les deux chercheurs, la hausse de la production, pour répondre au marché bio grandissant, ne se réalisera que par la conversion de nouvelles exploitations et une politique favorisant des installations. Ils concèdent en effet qu'il y a un certain antagonisme entre la nécessité d'augmenter la production et un strict respect des principes bio.
D'importantes réflexions et recherches sont donc, selon eux, encore à mener afin de préserver le revenu des éleveurs, sans «entacher l'image du bio». Marc Benoît, chercheur à l'INRA, souligne quant à lui «qu'un soutien économique global et plus conséquent à l'ensemble de la filière ovine apporterait la sécurité économique indispensable, aux éleveurs en conventionnel et plus encore à ceux en Agriculture Biologique.»

Le bio en chiffres

- 11 640 exploitations en agriculture biologique en France ;
- 40% des fermes pratiquent l'élevage ;
- 30 000 brebis bio en Midi Pyrénées ;
- 66 000 hectares bio en Midi Pyrénées.

Source La Volonté Paysanne 12

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier