Agriculture: la baisse du nombre d'exploitations se poursuit en 2015

Agriculture: la baisse du nombre d'exploitations se poursuit en 2015

La baisse du nombre d'exploitations agricoles s'est poursuivie en 2015, en retrait de 1,2% au 1er janvier 2016 selon la MSA, qui note par ailleurs que le revenu moyen, toutes productions confondues a également baissé.

"Au 1er janvier 2016, 461.803 chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole sont dénombrés en France métropolitaine, un effectif en baisse de -1,2% par rapport au 1er janvier 2015", indique la MSA dans un communiqué diffusé jeudi. Cette baisse, "légèrement supérieure à celles des années 2012 et 2013, résulte exclusivement d'une diminution du nombre d'exploitants agricoles". "La population des chefs d'entreprise agricole (entreprises de travaux agricoles, paysagistes, centres équestres, etc...) progresse de +1,3%", note la MSA, ce qui peut laisser penser à un mouvement de reconversion.

Une tendance qui s'inverse

Le nombre de nouveaux cotisants (19.488) à la MSA a été inférieur à celui des cotisants sortants (25.276) en 2016 mais la progression des entrées a été presque doublée par rapport à celle des sorties du régime sur un an (9% contre 4,7%), ce qui laisse penser que la tendance s'inverse. Sans grande surprise, l'élevage laitier est le plus touché par cette tendance persistante à la baisse du nombre d'exploitations (-3,3% contre -1,8% pour les cultures spécialisées ou -1,5% pour les cultures céréalières et industrielles). Malgré cela, la filière lait compte encore le plus grand nombre de chefs d'entreprise avec 93.200 représentants d'après la MSA. Ils ont vu leurs revenus plus gravement touchés que ceux de toute autre filière agricole. Une baisse de 30,7% en 2015, contre 21,5% pour les céréaliers par exemple.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

oli86

Si le conjoint associé non exploitant ce n'est pas de l'opportunisme , je voudrais qu'on me dise ce que c'est !!! la double activité d'accord mais lorsque je vois des double-actif exploiter 200 ha par le biais d'ETA ça me fait un peu mal d'autant plus qu'ils sont les premiers à mettre des surenchères . Alors plutôt que de chercher le dumping social ailleurs, regardons déjà ce qui se passe chez nous . Certains ont besoins d'en vivre , d'autres n'ont qu'une approche rentabilité du capital .... Pour permettre une réelle inversion de la courbe indexons les primes aux actifs par exploitations cela permettrait de remettre les pendules à l'heure .

CRASH38

Les "rémunérations" élus des élus à la MSA sont exorbitantes et ont déjà fait scandale dans les années 95 ! Ont elles été remises à niveau normal et non à celles d'un préfet ? Non surement pas ! Les "représentants" des agriculteurs ont ce qu'ils méritent ! Ne pleurons donc pas ! Il faut bien vivre sur le dos de ceux qui ont encore un peu d'argent !

FT 76

Cette tendance qui s'inverse est maquillée et elle se caractérise par un vol manifeste. En effet, à la demande de la MSA, nos chers députés, avec la bénédiction de tous les syndicats agricoles, ont décidés de faire cotiser les conjointes non exploitantes associées en EARL. La raison évoquée concerne une soit disant niche fiscale. Tous ces gens sont certainement trop crétins pour s'apercevoir que pour compenser, ces exploitations sont bien souvent employeur de main d'oeuvre salariée. Il est important de préciser que la conjointe qui travaille à l'extérieur, cotise deux fois. Ses cotisations MSA se font en pure perte puisqu'elle n'aura droit à rien. Et la, il s'agit bien d'un véritable escroquerie!

finharico

l'agriculture, comme les autres secteurs, est laminée par un processus de concentration.
nos fermes familiales n'offrirons plus d'avenir à nos enfants intéressés par la terre, ceux-ci deviendront de piètres conducteurs de tracteur pour de grosses structures.
L'argent pour l'argent mais quel désastre moral et quelle faute politique !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier