Agroalimentaire : la France exporte de moins en moins

Agroalimentaire : la France exporte de moins en moins

L'excédent des échanges agroalimentaires français a atteint 543 millions d'euros en octobre, soit un recul de 259 millions d'euros par rapport à octobre 2015, dû essentiellement à un recul des exportations, selon Agreste, l'organisme statistique du ministère de l'Agriculture.

En octobre, les importations ont reculé de 52 millions d'euros (-1%), mais les exportations ont fondu de 311 millions d'euros (-6%), selon un bilan mensuel publié lundi. Le recul des exportations est particulièrement net avec l'Union Européenne, où le solde du commerce extérieur est négatif pour le troisième mois consécutif.

Les "exportations de produits laitiers vers la Belgique et l'Italie ainsi que les ventes de vin vers le Royaume-Uni sont particulièrement concernées" note Agreste. Le solde des échanges est également très affecté par la chute des exportations de céréales, en raison des mauvaises récoltes historiques en France en quantité et en qualité de 2016: Au premier rang des produits bruts exportés, les céréales voient la valeur de leurs exportations diminuer de 49% sur un an.

Produits agricoles transformés

En orge, les ventes à la Chine se sont taries, alors qu'il s'agissait du premier débouché des orges fourragères et brassicoles en 2015. En blé tendre, l'Algérie, principal client de la France pour cette céréale a réduit ses achats en France, ainsi que le Maroc.

Seul secteur positif, celui des produits agricoles transformés, où la baisse des importations compense le recul des exportations. Ainsi la France a vendu moins de vins et champagne en octobre (-23% vers la Grande-Bretagne). Mais elle a aussi acheté beaucoup moins de tourteaux de soja du Brésil, de vins et de viandes de porc espagnole. Sur 10 mois, le solde de la balance commerciale agroalimentaire s'est réduit de 30% par rapport aux 10 premiers mois de 2015, à 5,3 milliards d'euros contre 7,6 milliards un an plus tôt.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

retif

est ce grave ? puisqu' on s'oriente à marche forcée vers l'agro écologie... , la consommation de "proximité" , la reduction des intrants et de l'impact de l'agriculture , donc peu importe le "chiffre d'affaire" puisque nos politiques nous disent que l'on va tres bien vivre " d'amour et d'eau fraiche " ,en bobos , seuls contre le reste du monde ...vent debout contre les world companies ... hein !!

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

même l'aveugle le voit .......

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires