Agrocarburants : Des carburants à base d'algues testés dans l'aviation civile

Raphaël Lecocq

La recherche de biocarburants d'origine non alimentaire s'intensifie. Les algues d'eau douce sont actuellement en vogue. L'aviation civile procède à des tests depuis deux ans.

Oubliez les algues vertes qui défraient la chronique. Les algues entrant dans la composition de biocarburants sont des micro-algues d'eau douce. Moyennant l'apport de CO2, d'azote et de chaleur, elle sont dotées d'une activité photosynthétique pouvant être 30 à 40 fois supérieure à celle des végétaux terrestres. Elles aboutissent à la production de biomasse riche en amidon et en lipides, dans des proportions variables selon les espèces en présence. Elles sont par conséquent, potentiellement, susceptibles d'alimenter les filières bioéthanol et biodiesel. Bien qu'étant encore largement en phase expérimentale, la production « d'algocarburants » est suffisamment aboutie pour produire ses premiers « barils ». Et c'est l'aviation civile qui s'en est emparée la première.

Du non alimentaire qui pourrait le devenir

Depuis quelques années, plusieurs avionneurs et compagnies aériennes ont procédé à des tests de nouveaux carburants, associant au kérosène des biocarburants issus d'espèces non alimentaires telles que jatropha (euphorbiacée très présente en Inde), palmier (babassu, coco), cameline (crucifère) et micro-algues. Les biocarburants destinés à l'aviation civile doivent avoir des propriétés bien particulières (point de congélation bas, résistance aux très hautes températures…). A chaque fois, les essais se révèlent concluants. Si la production de biocarburants à partir de micro-algues semble prometteuse, elle pose encore de nombreuses questions en terme de bilan énergétique, de consommation d'eau et d'espace foncier. D'autres débouchés dans la pharmacie ou la cosmétique se placent en concurrents potentiels, sans parler de l'industrie alimentaire, animale et humaine.

Les micro-algues d'eau douce ont une activité photosynthétique 30 à 40 fois supérieure à celles des végétaux (Doc Valagro)

Les micro-algues d'eau douce ont une activité photosynthétique 30 à 40 fois supérieure à celles des végétaux (Doc Valagro)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier