Agroécologie : convertir au moins 50% des exploitations françaises

 Agroécologie : convertir au moins 50% des exploitations françaises

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé jeudi une feuille de route pour le déploiement de l'agroécologie d'ici janvier 2014 afin d'accompagner les différentes filières dans cette démarche à horizon 2025.

Entre les exploitations converties au bio (25.000 aujourd'hui) et les "2.000 à 3.000" déjà engagées dans le "produire autrement" qu'il souhaite promouvoir, M. Le Foll vise un objectif  "qui serait d'entraîner ou de convertir au moins la moitié des exploitations françaises" à l’agroécologie, a-t-il déclaré en clôture d'un colloque à l'INRA, l'Institut national de la recherche agronomique.

Convertir les exploitations, a-t-il résumé, consiste à leur permettre d'augmenter ou maintenir les rendements et les revenus, tout en diminuant les nitrates et les produits phytosanitaires et en améliorant la matière organique des sols, le tout fondé sur le recours aux énergies renouvelables.

"J'ai demandé à mes services de travailler avec l'ensemble des partenaires pour proposer d'ici janvier 2014 une feuille de route pour le déploiement de l'agroécologie en France, pour les différentes filières agricoles, à horizon 2025", a déclaré le ministre selon un communiqué transmis par ses services.

Création de groupements d'intérêt économique et écologique

Par ailleurs, la loi d'avenir qui sera soumise au parlement à partir de janvier prévoit la création d'un nouvel outil, le GIEE ou groupement d'intérêt économique et écologique, qui leur permettra de bénéficier "d'aides majorées ou attribuées en priorité", a rappelé le ministre.

"Il s'agit de reconnaître (par labellisation, ou agrément) des projets collectifs, volontaires, locaux, répondant à une problématique identifiée sur un territoire par une transition vers un nouveau système de production, combinant performance économique et environnementale", a-t-il indiqué.

Stéphane Le Foll entend engager l'agriculture française sur la voie de la performance économique durable. Une mission avait été confiée à cet effet à Marion Guillou, ancienne présidente de l'INRA qui a présenté ses travaux en juin. Un chantier conduit à l’Inra en 2009-2011 a permis de faire un inventaire des solutions techniques existantes conçues ou étudiées par l’Inra en vue d’améliorer les performances environnementales des exploitations. des pistes qui faisaient l'objet d'un colloque « Agroécologie et recherche »  jeudi dernier à Paris.

"Que ce soit pour planter des arbres dans les cultures, diagnostiquer sur son smartphone les maladies de ses plantes, utiliser moins de pesticides, protéger la biodiversité en alimentant son bétail... : l’agroécologie désigne un ensemble de pratiques" explique l'Inra sur son site.

Pour en savoir plus sur  l’agroécologie, cliquez ICI

Sur le même sujet

Commentaires 9

Modération Pleinchamp

Un grand merci pour votre participation de plus en plus active sur notre site. Nous vous rappelons toutefois que chacun doit pouvoir poster des commentaires sans crainte d'être systématiquement critiqué ou insulté... et que les propos dédaigneux, blessants, grossiers ou diffamatoires ne sont pas tolérés. Nous comptons donc sur vous pour être toujours poli et respectueux !
Pour une meilleure compréhension, merci également de toujours utiliser le même pseudo et de soigner votre orthographe.
Merci !
Au plaisir de vous lire

Modération Pleinchamp


coudrier

parler d'agro-écologie
autoriser une ferme industrielle de 1000 vaches enfermées 365 jours/365 5 plus 750 élèves)
de qui se moque-t-on

neurone

et les consommateurs prefereront toujours plus de produits venant d'almeria du maroc ou de plus loin....

AIGLE201

La PAC des prochaines années vient juste d'être connue plutôt au rabais pour l'écologie et hop on nous sort 50% de l'agriculture en agroécologie en 2025.Il aurait peut être fallu y penser avant pour avoir un ensemble cohérent politiquement et financièrement pour les 10 années à venir à moins que ce ne soit qu'un effet d'annonce de plus. Pour répondre à "anémone302" je reprendrais le texte de "mapauvre" sur le % important de gaspillage qui existe et il faudra surement inverser la tendance actuelle qui est de dire qu'il faut produire ce que le marché veut et pet le marché doit vendre ce qui est produit ( même si les fruits et légumes sont un peu déformé)

geo

@Anemone 302: vous pouvez toujours dresser un portrait des plus pessimistes du visage que l'agriculture pourrait avoir dans quelques années. Mais vous pouvez aussi voir une certaine cohérence dans ces mesures autour de l'agro-écologie, à condition de vous mettre d'accord sur la définition que le ministre de l'agriculture en donne. Il précise bien qu'il s'agit de produire autrement, tout en gardant la notion de productivité. Autrement dit: ne vous attendez pas à un bouleversement du paysage agricole. L'agro-écologie consiste à se rapprocher de cet équilibre en disant: tirons profit des précédents culturaux, n'amenons pas plus à la plante que ce sont elle a besoin, les excédents et reliquats ont un coût économique (pour l'exploitant) et environnemental (pour les sols). Rendement record ne veut pas dire rentabilité record...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires