Algues vertes : La France doit aller au-delà des normes européennes

La secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, a estimé que la France devait au moins « réduire encore de plus de la moitié » la quantité de nitrates dans l'eau, à l'origine des algues vertes, soit aller « beaucoup plus loin » que les normes européennes.

« C'est vraiment un phénomène très spécifique qui concerne la Bretagne », où « globalement les normes européennes, à part trois cas » sont respectées, a déclaré Mme Jouanno dans l'émission Les 4 vérités, sur France 2. « Il faut aller beaucoup plus loin que les normes européennes, et réduire encore de plus de la moitié, voire diviser par trois, ces nitrates dans les eaux pour essayer de régler ce problème », a-t-elle déclaré. « Il faudra des années », a-t-elle souligné.

La secrétaire d'Etat devait se rendre dans la journée, avec le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, à Binic dans les Côtes d'Armor pour faire le point sur la mise en oeuvre du plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes, dont la prolifération est favorisée par des pollutions aux nitrates, liées à l'élevage intensif, notamment porcin. Mme Jouanno et M. Le Maire ont tous deux reconnu que ce phénomène était lié à l'élevage tout en insistant sur les efforts faits par les producteurs.

« Les agriculteurs, notamment les éleveurs, ont fait des efforts considérables au cours des dix dernières années pour réduire les taux de nitrates dans l'eau. (...) Il faut poursuivre dans ce sens-là et c'est compliqué », a expliqué le ministre de l'Agriculture. « La vraie solution passe par le changement des pratiques agricoles. (...) C'est une vraie révolution agricole à laquelle on assiste », a-t-il ajouté.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier