Angoisse à Rungis : Y-aura-t-il assez d'huîtres à Noël ?

De 250 tonnes par jour habituellement, l'immense pavillon de la marée à Rungis, va passer à 500 tonnes la semaine précédant Noël, avec une seule angoisse: y aura-t-il des huîtres à Noël pour tout le monde ?

Le produit phare de Jean-Pierre Blanc, blouse bleue et casquette, lui vaut un énorme stress : l'huître, ultra-prisée en fin d'année, est menacée par une surmortalité inquiétante de ses jeunes. L'approvisionnement est déjà « très restreint », même si la demande fléchit un peu en raison de l'augmentation des prix, jusqu'à 50% sur un an sur les petits et moyens calibres. « Ce sera encore pire l'an prochain », prédit le grossiste, dont les propos pessimistes se diffusent en buée dans l'atmosphère glacée de cette halle de deux hectares.

En attendant, Noël arrive dans deux semaines et l'activité générale va s'emballer. « C'est dans les 5 à 7 derniers jours qu'il y aura la ruée et l'affolement habituels », relève Claude Taussac, chef du secteur à Rungis. « Le poisson, c'est du frais et les consommateurs se décident au dernier moment, même si on reçoit déjà pas mal de pré-commandes », explique-t-il.

Au pavillon de la volaille, l'augmentation des ventes pendant les Fêtes est moins spectaculaire, autour de 30%, notent les vendeurs. Si le trio de tête des produits de la mer reste huîtres, saumon fumé et homards, celui de la volaille aligne chapon, poularde et dinde. « La mode est à la tradition », remarque, laconique, Philippe Stisi, porte-parole de Rungis.

Le foie gras, « on en vend toute l'année, mais là, on quadruple les volumes », ajoute Marc Hervouët, président du secteur volailles-gibier. La crise affecte-t-elle les produits de luxe pendant les Fêtes ? Au contraire, affirme le professionnel, « les meilleures années sont celles où la conjoncture est la plus dure ». Les consommateurs qui font attention le reste de l'année « ont envie de se faire plaisir », explique-t-il.

La poularde a pris une belle part de ce marché. « Aussi bonne que le chapon et moins chère au kilo », elle pèse souvent 2,5 kg au lieu de quatre, ce qui convient mieux aux familles monoparentales ou peu nombreuses, explique le vendeur Pascal Courtois.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier