AOP bleu d'Auvergne : Le nouveau décret attendu

S. LABLANQUIE

L'assemblée générale du collège des producteurs du bleu d'Auvergne aura lieu à Riom-ès-Montagnes le 22 mars.

À quelques jours de l'assemblée générale du collège producteurs du Sirba, l'interprofession régionale du bleu d'Auvergne, organisée le 22 mars à Riom-ès-Montagnes, le Cantalien Bernard Raynaud, qui représente les producteurs de lait au Sirba, expose les enjeux pour la filière de cette appellation.

Comment sont organisés les producteurs de lait AOP bleu d'Auvergne ?
B. R. : “Quatre professionnels élus pour trois ans représentent les producteurs de lait AOP(2) au syndicat interprofessionnel. Pour rappel, le Sirba fonctionne avec trois collèges : celui des coopératives, celui des producteurs et celui des industriels. Dans une an, nous renouvellerons les représentants des producteurs. Mais ce n'est pas la seule façon de nous faire entendre : pour mettre en place un nouveau cahier des charges, nous avons également créé une commission de 14 producteurs. Chaque département de la zone de production du bleu d'Auvergne a envoyé un représentant au moins, la plupart sont déjà impliqués dans les sections laitières des FDSEA.”

6 400 tonnes de fromage

Un nouveau cahier des charges est donc en préparation…
B. R. : “Nous travaillons en effet à la mise en place d'un nouveau cahier des charges, qui devra être officialisé par un décret. Le texte doit maintenant passer devant une commission de l'Institut national de l'origine et de la qualité (Inao). Les producteurs espèrent qu'il sera accepté rapidement. Le cahier des charges fixe des règles concernant, par exemple, l'utilisation des aliments composés ou la part de l'herbe dans l'alimentation.
Une règle nouvelle : toutes les vaches devront être nées dans la zone de l'AOP. Jusqu'à aujourd'hui, les troupeaux devaient simplement vivre dans la zone. Le nouveau cahier des charges a été bien accepté, dans l'ensemble, par les producteurs.”

Comment se porte le marché du bleu d'Auvergne ?
B. R. : “L'année dernière, nous avons produit 6 400 tonnes de fromages. Un chiffre stable depuis cinq ans. Le bleu d'Auvergne est le seul fromage en Auvergne à ne pas avoir perdu de tonnage. Et nous vendons 28 % de la production à l'exportation, surtout dans les pays de l'Est et en Espagne. On recense en tout 3 500 producteurs de lait AOP bleu d'Auvergne, répartis sur plusieurs départements : Lot, Aveyron, Cantal, Puy-de-Dôme, Corrèze, Haute-Loire et Lozère. L'aire géographique devrait être revue à la baisse, de 40 % de sa surface.”
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier