Autorisation du Cruiser : Les apiculteurs n'en veulent pas…

SC

L'annonce du renouvellement de l'autorisation de l'insecticide Cruiser jusqu'en mai 2009 provoque la colère des apiculteurs qui envisagent de saisir la justice.

« C'est une triste nouvelle », a déclaré Henri Clément, président de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), qui envisage un éventuel recours devant le Conseil d'État pour s'opposer à cette décision.

Arnaud Gossement, porte-parole de France nature environnement (qui regroupe 3.000 associations), estime aussi que cette autorisation est «scandaleuse, totalement malheureuse et contraire au principe de précaution». A ses yeux, le Cruiser «présente des risques inacceptables». Et le fait que l'autorisation ait été donnée pour six mois seulement et non pour un an, ne change rien puisque «cela va couvrir la récolte prochaine», a-t-il noté, envisageant lui aussi d'en appeler à la justice.

Même réaction du côté d'Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), pour qui cette autorisation est «une insulte au devoir de précaution».

... mais les maïsiculteurs en veulent plus

De leur côté, les producteurs de maïs, par la voix de leur association spécialisée de la Fnsea, Orama, estiment que cette reconduction, dans des conditions plus restrictives qu'en 2008, est «le minimum indispensable pour les producteurs de maïs, en situation d'impasse complète pour la prochaine campagne face aux ravageurs du sol».

Ils estiment toutefois que les conditions imposées sont telles que l'utilisation du Cruiser sur le terrain sera très limitée par rapport aux besoins réels des agriculteurs. Enfin, ils regrettent le caractère très tardif de la décision ministérielle qui, selon eux, limite fortement la capacité des agrofournisseurs à répondre dans les temps à la demande des agriculteurs en semences traitées.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier