Bilan 2010 (6/6) : Le revenu de la branche agriculture se redresserait fortement

Claire Lesdos-Cauhapé, division Agriculture, Insee

Avec la hausse de la valeur de la production au prix de base et la baisse de la valeur des consommations intermédiaires, la valeur ajoutée brute devrait augmenter de + 17,0 %, alors qu'elle avait baissé de 16,8 % en 2009. La valeur ajoutée nette de la branche agricole se redresserait encore plus fortement (+30,5 %), car la consommation de capital fixe ne progresserait que de 1,0 %.
Les subventions d'exploitation versées à la branche agriculture s'élèvent à 8,9 milliards d'euros (tableau 2). Leur forte augmentation résulte de la mise en place des mesures décidées lors du « Bilan de santé » de la PAC et vient compenser la baisse des subventions sur les produits. Le découplage des aides est presque total pour les grandes cultures et s'étend à l'élevage. De nouvelles aides agro-environnementales sont également mises en place.

Après prise en compte des subventions d'exploitation et des impôts, la valeur ajoutée nette au coût des facteurs (VANCF)* ou résultat agricole net augmenterait de 29,7 % en 2010.


Le volume de l'emploi agricole pourrait baisser de 1,8 %

Comme le volume de l'emploi agricole pourrait baisser de 1,8%, ce résultat agricole net par actif devrait augmenter de 32,1 %. Le prix du PIB augmentant de 0,5%, la hausse de la VANCF ou résultat agricole net par actif en termes réels (graphique 2) serait de 31,4 % en 2010, après une baisse cumulée de 29% sur les deux dernières années. Ce retournement à la hausse ne permettrait pas de retrouver tout à fait le niveau de 2007 et le situerait au niveau de la fin des années 1990.

Les rémunérations versées par les unités agricoles s'accroissent de 0,6% sous l'effet d'une progression du salaire horaire atténuée par la baisse du volume d'heures travaillées. Les fermages diminuent de 1,1%.

Le montant des intérêts dus par la branche agricole baisse de 3,1 %

Le montant des intérêts dus par la branche agricole baisse de 3,1 %. L'encours des prêts avait augmenté globalement en 2009 de 3,6 %, en raison de la croissance de l'encours des prêts bonifiés d'investissement (+ 41 %). En revanche, le taux d'intérêt apparent global baisse de 4,53 % en 2009 à 4,14 % en 2010.

Au total, le revenu net d'entreprise agricole augmenterait de 81,2 % en 2010, après les fortes baisses de 2008 ( 23,6 %) et de 2009 ( 35,3 %). Il resterait toutefois inférieur de 10 % à son niveau de 2007. La baisse du volume de l'emploi non salarié étant estimée à 2,5 %, le revenu net d'entreprise agricole par actif non salarié augmenterait encore davantage (+ 85,9 %), soit une progression de 84,9 % en termes réels. La volatilité des prix agricoles de ces dernières années induit de fortes variations de ce revenu moyen, mais les différentes branches agricoles ne sont pas touchées de façon identique.

* La valeur ajoutée nette au coût des facteurs ou « résultat agricole net » (valeur ajoutée nette + subventions d'exploitation autres impôts sur la production dont impôts fonciers) correspond au revenu de la branche agriculture.

Source Insee, comptes prévisionnels de l'agriculture arrêtés en novembre 2010

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier