Bilan de santé : Les agriculteurs franciliens en colère

SC

Le 23 février dernier, Michel Barnier dévoilait les mesures prises par la France dans le cadre du bilan de santé de la PAC initié par l'Europe. Les agriculteurs franciliens s'estiment lésés et clament leur colère.

Dans un communiqué commun, la Fdsea, les JA et la Chambre d'agriculture d'Ile de France expriment leur désaccord face aux décisions prises par le ministre de l'agriculture. Selon eux, elles engendreraient une perte de 80 à 110 € / ha pour les céréaliers d'Île de France. « Dans la mesure où ces indemnités représentent aujourd'hui l'essentiel du revenu d'une exploitation, c'est fréquemment de l'ordre de 70 % du revenu disponible de l'exploitant qui s'envole en fumée», explique le communiqué.

Les agriculteurs d'Île de France rappellent que les compensations financières avaient été établies pour pallier les inconvénients de la volatilité des cours. «Mais qui peut garantir que les cours mondiaux offriront des prix justement rémunérateurs aux agriculteurs ?», s'interrogent-ils.

La périurbanité, un handicap

«Aider les secteurs plus en difficulté comme l'élevage ou les zones de montagne est nécessaire mais le faire en déshabillant les productions végétales n'est pas acceptable pour les agriculteurs » estiment-ils. Par ailleurs, en matière de handicap, les organisations professionnelles de l'Île de France réclament que la périurbanité soit considérée comme un handicap. La périurbanité représente, selon eux, un frein pour l'exercice de l'activité agricole : coût de main-d'oeuvre élevé, difficulté pour loger les salariés, déprédations et vols dans les champs, difficulté de circulation, incertitude sur le foncier… Ils souhaiteraient qu'en finalisant ce bilan de santé, « le candidat aux élections européennes Barnier se souvienne au moins de ce que représente ce handicap pour l'agriculture francilienne, même s'il semble avoir oublié qu'il se présente dans une région céréalière » conclut le communiqué.

Les Jeunes Agriculteurs d'Île de France rencontrent Michel Barnier mardi prochain. Si les conclusions de cette rencontre restent « fades et pessimistes», ils menacent d'appeler à manifester.




Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier