Bilan météorologique : 2009, une des cinq années les plus chaudes

B.BOUCHOT d'après Le Monde

L'année 2009 aura été une des cinq plus chaudes mesurées depuis la Révolution industrielle. Depuis environ un siècle et demi que les températures sont régulièrement relevées, aucune décennie ne s'est révélée plus chaude que 2000-2009.

Sur ces dix ans, la température moyenne de la basse atmosphère s'est révélée supérieure de 0,4ºC à la moyenne enregistrée entre 1961 et 1990, selon l'office de la météorologie britannique. L'écart, pour la décennie 1990-1999, avait été de 0,23ºC seulement.

Les raisons de ce réchauffement

Cette situation est, en partie, explicable par le phénomène naturel de réchauffement des eaux de surface du Pacifique équatorial qui revient tous les trois à sept ans et contribue, en plus de l'accumulation des gaz à effet de serre, à faire grimper la température moyenne de la basse atmosphère.

Un autre indice du réchauffement en cours est la mesure de l'étendue de la banquise arctique. La banquise arctique voit sa superficie diminuer chaque été, pour parvenir à son minimum annuel au mois de septembre. Or, septembre 2009 a vu la troisième plus forte réduction de cette étendue de glace de mer depuis le début de la surveillance de la zone, voilà une trentaine d'années. Le retrait le plus important a été relevé en 2007, suivi de 2008.

Enfin, l'énergie irradiée par le Soleil oscille selon un cycle de onze années environ. Le dernier minimum remonte à 1996 et la date du prochain maximum est encore débattue. Les experts se sont réunis pour trouver la prévision la plus consensuelle possible : ils tablent sur un retour du maximum d'activité du Soleil en mai 2013. Cependant, la majorité des experts estime qu'entre son maximum et son minimum d'activité, le Soleil contribue environ dix fois moins que les gaz à effet de serre aux variations climatiques.

Prévision : 2010 l'année la plus chaude jamais enregistrée

D'après les experts, le climat de la Terre ne devrait pas attendre le prochain retour de flamme du Soleil pour battre des records. L'office de la météorologie britannique fait le pari que l'année 2010 sera la plus chaude mesurée. Alors que « la température moyenne globale a été de 14ºC entre 1961 et 1990 », explique l'institution britannique, celle de 2010 devrait se situer autour de 14,58ºC.

Source Le Monde 28.12.09

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier