Biotechnologies : La Commission européenne pousse les feux sur les OGM

La Commission européenne va dans les prochaines semaines présenter une nouvelle demande d'autorisation de culture pour deux maïs transgéniques, malgré les critiques suscitées par son feu vert à une pomme de terre transgénique de BASF, et les imposera si nécessaire.

Débarrassé de toute opposition interne grâce au départ récent de l'ancien commissaire à l'Environnement, le Grec Stavros Dimas, qui était opposé aux produits génétiquement modifiés, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso est décidé à aller de l'avant. « Les dernières réunions ont montré que de plus en plus de pays sont favorables aux OGM », assure la Commission.

Officiellement responsable du dossier, le commissaire en charge de la Santé et des consommateurs, le Maltais John Dalli, se prépare à traiter de prochaines demandes d'autorisation de culture pour les maïs BT 11 du groupe suisse Syngenta et BT 1507 du groupe américain Pionner, deux rivaux du MON 810 de l'Américain Monsanto. Seul OGM dont la culture était jusqu'ici autorisée dans l'UE depuis 1998, le MON 810 attend le renouvellement de cette autorisation après avoir obtenu un avis favorable de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA). « Cela ne se fera pas dans l'immédiat », a indiqué le porte-parole de M. Dalli. Sept pays dont la France et l'Allemagne ont interdit sa culture en raison des risques de contamination des cultures traditionnelles et biologiques dans la zone de culture.

La Commission va d'abord s'occuper de ses deux concurrents. Les experts européens doivent se prononcer le 9 mars sur la commercialisation de plusieurs hybrides de maïs transgéniques. Ils seront en outre appelés lors d'une prochaine réunion à se prononcer sur l'autorisation de culture d'un autre maïs transgénique, le NK 603 de Monsanto.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier