Booster l'endive locale

Sandrine Bossière

Booster l'endive locale
- © SB

La production d'endives a débuté. L'entreprise bas-normande, tenue par les deux frères Decaen, à Cambes-en-Plaine, a décidé de faire découvrir sa production aux clients des magasins Carrefour Market.

La saison des endives reprend avec l'arrivée de l'hiver. Pour lancer cette nouvelle saison, l'entreprise Decaen, située à Cambes-en-Plaine (Calvados), a décidé de conduire des animations dans différents magasins Carrefour Market de la région jusqu'à la fin du mois d'octobre. A Bretteville-sur-Odon, Saint-Amand, Villers-Bocage, Tourgeville ou encore Falaise, Louis-Paul Touchard, étudiant en BTS technico-commercial à l'Institut Lemonnier, a pris en charge ces animations. L'objectif est de faire la promotion du produit phare de l'entreprise calvadosienne, productrice d'endives depuis 1947.
Avec du sucré ou du salé
Ce ne sont pas les idées qui manquent pour faire déguster les feuilles d'endives. A la fois avec des produits de la mer comme avec des rillettes de thon, saumon ou tamara. Avec des produits de la terre comme des terrines ou des fromages. Et pour attirer les plus jeunes, l'endive peut être associée à des produits sucrés comme la confiture. "C'est un concept intéressant pour l'apéritif", indique l'étudiant. Et avec les clients des magasins, les recettes s'échangent autour de produit local. "Au lieu de mettre du pain, ou des blinis, on met des feuilles d'endives. C'est léger et frais. C'est plus diététique", note une maman. Sur les étals, l'endive est venue en vrac ou en sachets de 500 g, 1 kg. "On en mage pratiquement toute l'année", confie Maryline, habitant à quelques kilomètres de Villers-Bocage. "Mais on apprécie cette saison. On retrouve le croquant de l'endive", poursuit-elle.
Forçage hydroponique
Ce croquant et surtout la douceur de l'endive est obtenus grâce à la méthode de production. Les méthodes traditionnelles ont laissé place au forçage hydroponique. Les racines ne sont plus mises en terre mais placées pendant trois semaines dans des bacs où circule une solution nutritive. "Et c'est ce qui permet de supprimer l'amertume souvent dénoncée par les personnes qui n'aiment pas l'endive", souligne Louis-Paul Touchard.
600 kg par semaine
Dans le magasin de Villers-Bocage, les ventes atteignent les 600 kg par semaine. Et jusqu'en fin d'année, la production ne fait que d'augmenter. "On est demandeur d'animation", reconnaît le chef de rayon fruits/légumes, Francis Duval. L'objectif est tout simplement de "booster l'endive locale", assure-t-il. Un message important au moment où les circuits courts sont mis en avant. En une petite matinée, l'animateur en a vendu 50 kg.
Nouvelles animations
Pour continuer à faire connaître l'endive calvadosienne, Francis Duval est prêt à accueillir dans ses rayons de nouvelles animations. "Nous en avons demandé d'autres en novembre et décembre. Cela permet de discuter avec nos clients, de mieux cerner leurs goûts".
Rendez-vous dans les étals des magasins locaux pour déguster l'endive Decaen.

Source l'Agriculteur Normand

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires