Bourse de l’emploi : L’union fait la force

Guillaume de Werbier

Gilles Duquet (deuxième à partir de la gauche) se félicite que la Loire-Atlantique rejoigne la bourse de l’emploi Anefa.
Gilles Duquet (deuxième à partir de la gauche) se félicite que la Loire-Atlantique rejoigne la bourse de l’emploi Anefa.

L’Adefa 44 se rapproche de la chambre pour gérer en commun dès janvier prochain la Bourse de l’emploi départementale dans le cadre d’un double partenariat avec la chambre d’agriculture et l’Anefa.

La chambre d’agriculture de Loire-Atlantique gère depuis 1990 une Bourse pour l’emploi agricole. En 2010, elle a proposé 122 offres, émanant de 96 entreprises. Elles concernaient majoritairement les secteurs de la polyculture élevage et de la viticulture. La même année, 281 demandes d’emploi ont été recensées.
En parallèle, l’Adefa 44 (Association départementale emploi formation en agriculture), contribue, depuis sa création en 2006, au rapprochement de l’offre et de la demande d’emploi, notamment en éditant depuis cinq ans un livret des emplois saisonniers agricoles, recueillant chaque année plusieurs milliers d’offres proposées par les entreprises du département.
De son côté, l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) a mis en place en 2002 une Bourse de l’emploi nationale au service
du réseau sur www.anefa-emploi.org. Jusqu’à maintenant, la Vendée, le Maine-et-Loire, la Sarthe et la Mayenne, géraient cette bourse dans le cadre du réseau Anefa.
Si, bien sûr, ces trois structures travaillaient déjà en étroite collaboration, elles ont choisi de resserrer davantage leurs liens pour encore mieux répondre aux attentes des demandeurs d’emploi et des employeurs.
L’Adefa 44, présidée par Serge Ménard, et la chambre d’agriculture, présidée par Jacques Lemaitre, ont effectivement décidé de rapprocher leur action et de rejoindre le réseau des bourses de l’emploi de l’Anefa, présidé par Gilles Duquet, à compter de janvier 2012. Lundi dernier, à la Maison de l’agriculture, un double partenariat a donc été conclu entre l’Adefa 44 et l’Anefa, d’une part, et l’Adefa et la chambre d’agriculture, d’autre part.

Gain de temps

Ces conventions sont qualifiées d’« indispensables », par Jacques Lemaitre, « quand on voit la place que prend l’emploi dans notre secteur d’activité aujourd’hui ». Concrètement, la bourse de l’emploi agricole de Loire-Atlantique va être transférée dans le réseau Anefa. Serge Ménard et Clair Moreau, secrétaire général de l’Adefa et président du comité de pilotage Emploi Formation de la chambre d’agriculture, y voient plusieurs avantages, et surtout celui du traitement plus rapide des offres et des demandes grâce à une gestion entièrement informatisée. Le logiciel permettra aussi de traiter les offres d’emplois saisonniers.
Pour Marc Le Jallé, chargé de mission Emploi et Formation à la chambre d’agriculture, cette nouvelle organisation amène « plus de fluidité » dans les échanges entre employeurs et candidats. Sans compter que les offres et les demandes vont être plus « lisibles » insiste Michel Hivert, directeur du service Emploi Formation de la chambre d’agriculture. Ce qui pourrait atténuer, en partie du moins, la tension qui existe actuellement sur les emplois qualifiés, voire très qualifiés, présents en viticulture, en maraîchage ou en production hors-sol, mais qui ne trouvent pas preneurs.
La chambre d’agriculture conserve son rôle d’interface entre salariés et employeurs grâce à l’outil informatique de l’Adefa et poursuivra son conseil auprès des demandeurs d’emploi et des em-ployeurs, que cela concerne l’identification des compétences ou encore l’accompagnement des employeurs dans le domaine des ressources humaines.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier