Bruxelles : Les pays de l'UE refusent d'imposer la culture des OGM

Une majorité de pays européens ont refusé lundi de forcer l'Autriche et la Hongrie à cultiver un maïs génétiquement modifié de la firme américaine Monsanto, un revers pour la Commission européenne.

Seuls cinq pays sur 27 - Royaume-Uni, Pays-Bas, Suède, Finlande et Estonie- ont soutenu la demande de la Commission de lever les « clauses de sauvegarde » décidées par l'Autriche et la Hongrie, lors d'un vote des ministres de l'Environnement de l'UE.

Une majorité qualifiée de 255 voix était nécessaire pour rejeter cette demande de l'exécutif européen. Si elle n'avait pas été atteinte, la Commission, qui invoquait le risque de plainte contre l'UE à l'OMC, aurait pu imposer la levée des interdictions autrichienne et hongroise.

Le vote de lundi signifie également que la France et la Grèce peuvent espérer que leurs interdictions de cultiver ce maïs, qui doivent être soumises prochainement au vote des pays de l'UE, seront maintenues. « Compte tenu des interrogations des scientifiques et des citoyens sur les impacts environnementaux des OGM, nous souhaitons que soient maintenues les clauses de sauvegarde nationales jusqu'à ce qu'une décision soit prise sur le renouvellement éventuel des autorisations de ces OGM », a rajouté le ministre français Jean-Louis Borloo.

L'UE autorise la commercialisation des OGM. Mais une seule semence, le MON 810, a été homologuée pour la culture - en 1998, pour dix ans - et c'est elle qui faisait l'objet des clauses de sauvegarde débattues lundi. Le renouvellement de cette autorisation est en cours d'évaluation. L'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) a indiqué avoir demandé à Monsanto des «informations supplémentaires concernant l'impact environnemental ».

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier