Cantal conseil élevage : Des bienfaits du pâturage tournant sur la production

UAR (L'Union Agricole et Rurale) 15

L’organisme prodigue ses conseils aux éleveurs en amont de la journée du 21 mars.

Éleveur et technicien main dans la main pour produire au mieux.

À l’heure où le prix des matières premières poursuit une courbe ascendante, l’herbe est une solution. Comme l’illustre un élevage laitier suivi par Cantal conseil élevage (CCE). Installé en individuel depuis 2003 sur 47 hectares de SAU, à Molèdes de Laveissenet, Jérôme Baduel possède une trentaine de vaches laitières, principalement de race abondance. Depuis six ans, il bénéficie des services du Contrôle laitier : “Je me suis inscrit pour le suivi du troupeau. Je m’intéresse aussi beaucoup à la génétique, c’était donc pour moi le meilleur moyen d’optimiser la conduite de mon cheptel. C’était aussi une obligation pour pouvoir adhérer à l’Upra”,  explique le jeune éleveur qui participe régulièrement à des comices agricoles. À Cournon, il a ainsi remporté un premier prix de section avec “Corsica”. Cantal conseil élevage (CCE) contrôle sa production, la qualité du lait  et assure donc un suivi des animaux, “indispensable pour être mieux payé en fonction de cette qualité”, complète Jean-Luc Sol, le technicien de CCE pour cette exploitation.

De l’herbe, c’est moins de concentré

Une optimisation du prix de vente du lait qui s’accompagne de “l’amélioration de la productivité et des taux, de par une gestion au plus juste du concentré remplacé au maximum par l’herbe ce qui, vu la conjoncture, permet de faire de substantielles économies”. De fin avril  à juillet, un  système de pâturage tournant, assorti au départ d’une transition foin et herbe, a ainsi été mis en place par le technicien. À partir d’un certain nombre de parcelles découpées en fonction du nombre de bêtes et de leur rotation périodique, du contrôle de la quantité disponible d’herbe mesurée avec l’herbomètre, “les animaux bénéficient d’une bonne herbe à pâturer”. La production s’en ressent : “Gains de lait et économie de concentré permettent de produire moins cher avec, en moyenne, deux kilos de concentré par vache économisés par jour”, estime Jean-Luc Sol. Dans cette entreprise, la communication entre le technicien et l’éleveur est très importante, soulignent les deux hommes qui décident de la ration à adapter pour obtenir qualité et quantité de lait. Enfin, le pâturage tournant permet un gain de temps mais, insiste Jérôme Baduel, “la clé de la réussite reste la météo”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires