Cession d'exploitation : Je cède mon exploitation : Quels supports d'épargne choisir ?

Louis GAVARD

Cession d'exploitation : Je cède mon exploitation :  Quels supports d'épargne choisir ?

Quarante années de travail et de capitalisation vont se transformer en liquidités financières le jour du départ à la retraite. Les supports pouvant accueillir votre épargne sont nombreux. Ils ont souvent des objectifs spécifiques. Votre choix sera dicté par le respect d'un nouvel équilibre patrimonial, forcément différent d'avant.

Les finalités d'un patrimoine

Votre patrimoine se construit principalement au cours de la vie professionnelle pour :
- vous constituer un capital, facteur de prévoyance pour la famille,
- obtenir des ressources complémentaires disponibles à la retraite,
- transmettre à vos héritiers ce que vous avez créé ou valorisé tout au long de votre existence.

Le départ à la retraite marque un tournant. L'heure n'est plus à la constitution mais à la libre disposition du patrimoine, car le niveau de ressources est alors nettement amoindri. . Son organisation, à l'issue de la vente de l'exploitation, devra respecter de nouveaux équilibres.

Objectif premier : la garantie d'un toit

Lieu de vie au quotidien de la famille, c'est la pierre angulaire du patrimoine. Si bon nombre d'exploitants ont pu accéder à la propriété en cours de vie professionnelle, ce n'est pas le cas de tous. Quelquefois le souhait de lieu de vie peut être modifié avec l'âge.
Un projet d'accès à la propriété ou de changement de résidence mobilisera prioritairement vos capitaux de cessation d'activité. Le recours aux prêts bancaires est moins aisé pour les seniors. La prise de risque sur l'habitat ne doit pas concerner des retraités, l'exemple dramatique des USA étant particulièrement édifiant à cet égard…

Deuxième objectif : compléter ses ressources

Un retraité ancien exploitant agricole perçoit entre 800 et 900€ de retraite par mois. Le niveau des retraites agricoles est faible, conséquence parfois d'une forte optimisation des cotisations durant la vie professionnelle ;Qui cotise moins recevra moins…
La capitalisation forcée ou volontaire réalisée sur l'exploitation devient, par nature, le premier outil de retraite complémentaire. Nécessaire pour compléter le niveau de ressources souhaité, c'est une épargne de précaution, de prévoyance retraite. Vous affecterez prioritairement ces capitaux sur des supports financiers sans risque. Les supports de type assurance vie, avec rachats libres ou programmés, sont les plus adaptés pour répondre à cet objectif.
Vous pouvez également envisager l'investissement immobilier locatif. Producteur de ressources, il présente l'inconvénient majeur d'une absence totale de liquidité en capital. Le niveau des capitaux restant disponibles par ailleurs est déterminant dans le choix

L'épargne de précaution disponible

La garantie d'un toit c'est une chose, disposer d'une un épargne sécurisée et disponible pour faire face aux aléas de l'existence ou aux dépenses « coups de coeur », c'en est une autre.
Les supports bancaires financiers de court puis de moyen terme, sont tout indiqués pour répondre à ce besoin. Vous y trouverez toute la panoplie des livrets, complétée à moyen terme par des supports assurance vie
Quant à l'épargne boursière, dynamique mais à risques élevés, la prudence veut qu'elle reste raisonnée et limitée.

Amorcer la transmission

C'est répondre aux besoins des jeunes générations, au moment où ils en ont le plus besoin (habitat, investissement professionnel, chômage, études des enfants). Cependant l'héritage n'est pas un dû. Rappelez-vous le vieil adage : « donner, c'est donner …. ».En d'autres termes, avant de transmettre, assurerez-vous du caractère opportun et bénéfique de la donation tant pour le donateur que pour le donataire et ne prenez pas le risque d'être dans le besoin plus tard.

Source CER FRANCE Vendée

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier