Chambres d'Agriculture: Guy Vasseur quitte la présidence

Chambres d'Agriculture: Guy Vasseur quitte la présidence

Guy Vasseur, qui dirige l'Assemblée permanentedes Chambres d'agriculture (APCA) a confirmé mardi qu'il allait quitter laprésidence cette année, avant la fin de son mandat, son successeur devant êtreconnu la semaine prochaine.

M. Vasseur, 66 ans, avait succédé à Luc Guyau à la présidence des Chambres d'agriculture en 2010, à l'issue d'une longue carrière dans les syndicats et instances agricoles nationales, et en lien avec Bruxelles. "J'avais toujours dit que je partirais avant la fin de mon mandat, et je tiens promesse" a-t-il dit devant la presse mardi. Pour l'avenir, il assure n'avoir aucun projet précis. M. Vasseur dit avoir été consulté par deux candidats (de droite) à l'élection présidentielle, Alain Juppé et François Fillon, pour la partie agricole de leur projet.

"Je n'ai donné aucun avis écrit par respect pour ma fonction", a-t-il néanmoins assuré. Les questions européennes, au moment des difficiles négociations autour de la prochaine PAC (politique agricole commune) et de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union, continuent de le passionner.  "Au moment où les Britanniques vont négocier des tas de conventions particulières avec l'Europe pour essayer d'y rester tout en la quittant (...) et des négociations PAC, si la France reste spectatrice, il sera trop tard", a-t-il averti.

Michel Barnier

Sans faire d'offre directe, M. Vasseur a confié qu'il "aime bien Michel Barnier", chargé par la Commission européenne de piloter la négociation entre l'UE (Union européenne) et la Grande-Bretagne. "A l'époque du RPR, ils étaient tous anti-Europe, sauf Michel Barnier, je l'aime bien car il défend l'Europe" a-t-il ajouté. Pour lui succéder à la tête de l'APCA, un candidat est déclaré, il s'agit de Claude Cochonneau, actuel vice-président du syndicat agricole FNSEA, et président de la Chambre régionale des Pays-de Loire.

"Le vote pour l'élection de mon successeur aura lieu le 23 novembre parmi les présidents de chambre régionales et départementales" a-t-il dit. "Il prendra ses fonctions immédiatement". Sur l'évolution de l'agriculture française, il a estimé que la France avait la "chance" d'avoir plusieurs types d'agricultures, et qu'il ne fallait pas les "opposer entre elles". "Il ne faut pas opposer le bio au conventionnel, les circuits de proximité avec les agriculteurs qui exportent, c'est une chance d'avoir ces deux types d'exploitation", a-t-il dit. "Il faudra tenir de plus en plus compte des attentes de la société, au niveau santé ou environnemental par exemple, tout en faisant la part des choses et ne prenant pas en compte les avis de groupuscules doctrinaires", a-t-il dit.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires