Clés pour comprendre : le grignotage des terres agricoles

YASSINE Kévin, étudiant à l’AgroParisTech en 1ère année

Clés pour comprendre : le grignotage des terres agricoles

Avec Olivier THOMAS, Président de l'Agence des Espaces Verts d'Ile de France

La surface des terres agricoles en France est en constante diminution, avec 78 000 ha de terres urbanisées chaque année. Va-t-on manquer de terres pour l'agriculture ?

L'agence des espaces verts d'Ile de France a été créée il y a 35 ans, pour conserver certaines terres pour l'agriculture.

De nombreuses terres agricoles disparaissent, quel est le rôle de l'agence dans ce processus ? 

Un Schéma Directeur de la Région Île de France (SDRIF) a été confié à la région pour geler certains espaces agricoles et y mener une activité agricole uniquement. Ce projet ne sera opérationnel que l'an prochain, mais sera nécessaire pour éviter un trop fort étalement urbain.

On observe aussi certains projets qui s'installent sur des terres agricoles, comme le projet du Paris Saint-Germain. Qu'en pensez-vous ?

On peut faire autrement que de sacrifier des terres agricoles ainsi. Une option serait déjà de densifier la ville. "Il faut reconstruire la ville sur la ville." Il y a cependant une contradiction dans la volonté du citoyen, qui veut un accès à  un cadre agréable en périphérie de sa ville mais qui ne veut pas trop de constructions près de chez lui.

N'y aurait-t-il pas également le risque de n'avoir que des monocultures à l'avenir ?

C'est déjà hélas un peu le cas, il y a de moins en moins d'élevage et de maraîchage en Île de France. Il faudrait inverser la tendance, encourager la polyculture, mais pour cela, il faudrait que les élus locaux soient plus sensibles à la problématique agricole. Il y a tout un travail de pédagogie à faire auprès des maires.

Une récente loi prévoit une taxe sur la plus-value lorsqu'une terre est artificialisée. Est-ce efficace ?

Ça ne l'est pas encore, mais les produits devront servir à aider l'agriculture et ses acteurs.

L'agriculture s'éloigne des villes mais les citadins veulent des produits locaux. Comment gérez-vous cette demande ?

Il existe des lieux de rencontre et d'autres sont à créer, mais en général il y a une bonne entente entre les agriculteurs locaux et les citadins.

Y a-t-il une coordination entre les régions sur cette problématique de la disparition des terres agricoles ?

Non, pour le moment l'Ile de France est la seule à avoir une agence qui a une telle mission.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier