Climat : Un printemps froid puis chaud mais toujours sec

vendee agricole

Avril se démarque pour ces faibles pluviométries et ce début mai reste un des plus froids depuis 19 ans. Entretien avec François Peignault, délégué du centre météo-France de la Vendée.

Une terre asséchée qui rend les conditions de semis et de levée difficiles, de l'herbe en moins grande quantité, une végétation ralentie : les caprices de la météo ne jouent pas en faveur des agriculteurs et vient assombrir encore un moral qui n'avait pas besoin de cela, même si des ondées, début mai, ont été bénéfiques. Avril se singularise cette année par son faible niveau de pluviométrie, tandis que la première quinzaine de mai atteint des records avec températures minimales de 5 ° le matin. Fontenay-le-Comte connaît son mois de mai le plus froid depuis 19 ans.
Avril s'est bien démarqué cette année avec une pluviométrie inférieure à la moyenne dans l'Ouest. «Selon les stations en Vendée, nous avons enregistré un niveau de pluviométrie qui se situe la moitié, voire le quart en dessous des moyennes sur 17 ans à 38 ans selon les postes. A Sainte-Gemme-la-Plaine, nous avons relevé 18 millimètres le mois dernier alors que sur 38 ans, la moyenne est de 61 mm», observe François Peignault. Cette situation est véritablement atypique ? «Le mois d'avril reste le mois le plus sec depuis 10 ans. Nous étions habitués à un mois d'avril plus humide.

Mais si on remonte aux premiers relevés datant de 60 ans, et que l'on établit un classement des mois les plus secs ce mois d'avril 2010 arrive en 9 ème position. Nous avons donc déjà connu en Vendée des situations plus critiques, notamment sur Chantonnay où, sur 60 ans, on passe en 21ème position.» Cette faible pluviométrie trouve-t-elle des explications ? «La météo n'est un robinet que l'on ouvre et que l'on ferme » glisse François Peignault.
Si l'on examine le bilan hivernal d'octobre à mars, la pluviométrie reste dans la normale, voire au dessus pour le nord-ouest du département. Les nappes ont donc été rechargées. « D'autres régions comme la Normandie sont dans une situation encore plus critique » souligne le responsable départemental. Si la pluie n'était pas au rendez vous de ce mois d'avril, les températures
ont été globalement plus élevées qu'en année normale : en moyenne de + 1°, sur le mois et notamment sur la dernière quinzaine avec des températures montant jusqu'à 26 ° aux Landes Génusson, et 28, 8° à Chantonnay donnant des températures supérieures à 6 °à 7 ° à la normale.

Record de froid en mai

Ce pic de chaleur s'est brusquement arrêté début mai. Le département s'est retrouvé plongé dans une vague de froid dès le 2 mai. «Nous avons enregistré des températures de 3° à 6° au dessous de la normale. Cette première quinzaine est considérée comme la plus froide depuis 19 ans en moyenne sur la Vendée. Si on regarde le poste de la Roche-sur-Yon, c'est la plus froide depuis 26 ans. Nous avons en fait un mois de mai aussi froid en 1991. Si on se réfère à des données plus anciennes, on voit qu'à La Mothe-Achard, cette 1ère quinzaine de mai est la quatrième la plus froide en 60 ans. »
La Vendée a également connu des gelées assez tardives, le 14 mai à Fontenay-le-Comte de l'ordre de – 0,5 ° sous abri. Par contre, si on remonte à 1979, à Sainte-Gemme-la-Plaine, la station avait enregistré - 2°les 3 et 4 mai.
Dès lundi, les températures ont repris de la couleur et cette hausse se confirme ce week-end. Le centre départemental de la météo annonce 27 ° dimanche. Mais la pluie tant attendue n'est toujours pas dans les prévisions de ces prochains jours. Tout au plus peut-on espérer que la tendance à l'orage qui va immanquablement suivre l'épisode de chaleur, apporte, elle, des pluies conséquentes.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires