Conférence environnementale : « La France soutiendra le verdissement »

S C avec Afp

Conférence environnementale : «  La France soutiendra  le verdissement »

La conférence environnementale a été l’occasion pour le Gouvernement de réitérer son souhait de « reverdir » l’agriculture française et européenne. En clôture de ces deux jours de débats, quelques décisions ont été prises concernant les OGM, l’épandage aérien ou encore l’agriculture biologique...

Dans son discours d’ouverture de la conférence environnementale, le président François hollande a, comme il l’avait fait au Space,  annoncé  que « les politiques agricoles, aussi bien communautaires que nationales, seraient réorientées pour atteindre »  ce qu’il appelle une « révolution doublement verte ».

" La France soutiendra le verdissement » insiste-t-il, en expliquant que la future «  loi sur l'avenir de l'agriculture en France  encouragera les comportements vertueux et établira un soutien à la diversité de tous nos modes de production qui permettent la diversité de nos cultures, la diversité de nos paysages ». Une ambition qui, selon lui, ne doit « effrayer personne ».

Son objectif : encourager le développement d'un nouveau modèle agricole, plus respectueux de l'environnement qui réduise l'usage des pesticides, protège les ressources en eau. « Les agriculteurs ont réalisé des efforts considérables ces dernières années, ont fait en sorte de s'adapter, de se conformer souvent à des coûts élevés pour leur exploitation. Ils doivent donc être accompagnés et soutenus », précise-t-il.

Maintien du moratoire sur les OGM... nouveau plan pour l’agriculture biologique

En clôture des différentes tables rondes, auxquelles participaient des représentants du secteur agricole, le Gouvernement s’est prononcé sur le maintien du moratoire sur la mise en culture des semences OGM et a annoncé un "nouveau plan" pour développer l'agriculture biologique,. "Le gouvernement entend maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM autorisées au niveau communautaire", a souligné Jean-Marc-Ayrault.

Concernant, l'agriculture biologique, où la France est très en retard sur les objectifs actés en 2007 lors du Grenelle de l'Environnement, le Premier ministre a promis "un nouveau plan en faveur du développement de l'agriculture biologique" sans dévoiler seraient les grands axes de cette stratégie.

Interdiction de l'épandage aérien des produits phytosanitaires

Il a également annoncé que l'épandage aérien des produits phytosanitaires serait interdit, "en l'absence de solutions alternatives", et que l'effort de réduction de leur utilisation serait "poursuivi".

L'épandage de pesticides est théoriquement déjà interdit, mais les préfets peuvent décider de dérogations notamment s'ils estiment que la pulvérisation "ne présente qu'une incidence limitée sur la santé et l'environnement".  De nombreux épandages ont eu lieu à la fin août, notamment dans le sud-ouest, suscitant la colère d'ONG et de certains élus. Le Premier ministre s'est également engagé  à réduire l'artificialisation des terres.

Concernant le photovoltaïque,  Jean-Marc Ayrault a juste confirmé le lancement avant la fin 2012, « d'un appel d'offres… pour favoriser de grandes installations visant à promouvoir des technologies innovantes et le développement économique local. Il faudra privilégier les grands espaces de toit pour éviter la consommation d'espaces agricoles » a-t-il dit

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier