Conforter les installations à venir

GUILLAUME DE WERBIER

La Charte pour promouvoir l’installation et la transmission s’articule autour de six grands axes : assurer le renouvellement, être au plus près des jeunes et des cédants, renforcer l’autonomie des porteurs de projets, préparer les cédants à la transmission, renforcer la communication sur le métier d’agriculteur et maintenir une agriculture dynamique.
La Charte pour promouvoir l’installation et la transmission s’articule autour de six grands axes : assurer le renouvellement, être au plus près des jeunes et des cédants, renforcer l’autonomie des porteurs de projets, préparer les cédants à la transmission, renforcer la communication sur le métier d’agriculteur et maintenir une agriculture dynamique.

Les représentants des organisations professionnelles agricoles souhaitant répondre au défi du renouvellement des générations en agriculture, se sont réunis vendredi dernier, au Gaec de Rodun à Herbignac, pour signer une Charte à l’installation et à la transmission.

« Les signataires de la présente charte af­firment leur dé­ter­mination de con­duire une politique d’installation et transmission en agriculture volontaire, mobilisant l’ensemble des acteurs du monde agricole, pour impulser une dynamique d’installation durable et performante. Il s’agit de favoriser le plus grand nombre d’installations viables, vivables et durables, ce qui ne peut se faire que par la prise en considération permanente des volets économiques, sociaux et environ­nementaux. » Le paragraphe in­troductif de la Charte à l’installation et à la transmission ne saurait être plus clair quant aux ambitions du Comité professionnel à l’installation (CPI), présidé par François Guyot, qui réunit l’ensemble des signataires de ce document (voir encadré ci-dessous).

« Le porteur de projet doit être au cœur du dispositif », insiste François Guyot. « Le jeune qui s’installe doit être autonome dans la prise de décisions, il doit monter son projet. Mais, il faut aussi que la transmission soit anticipée », pour assurer le plus possible sa réussite. « Maintenir une agriculture dynamique sur le département, ça passe par l’installation », assure le président du CPI. Et d’ailleurs, parmi les autres objectifs que se fixent les signataires de la charte, la communication sur le métier d’agriculteur pèse de tout son poids : « L’installation est le dossier phare de notre syndicat », précise Nicolas Lebrun, secrétaire général de JA 44. « D’où l’importance d’une telle charte. Nous travaillons pour ceux qui vont s’installer demain. À ce titre il est important de travailler avec les collèges, les lycées et les établissements de formation agricole, car c’est là que se trouvent les futurs installés. » Le CPI se veut force de proposition de cette politique.

Clair Moreau, vice-président de la chambre d’agriculture, a qualifié cette charte de « référence ». « Elle est ambitieuse », a-t-il ajouté avant de rappeler le rôle important que joue aussi la chambre d’agriculture en faveur de l’installation que ce soit dans le repérage et l’accompagnement des porteurs de projets, ainsi qu’en matière de formation ou encore de foncier, avec par exemple la reconquête de terres incultes sur Nantes Métropole.

La DDTM, mandatée par le préfet de Loire-Atlantique qui signera la charte ultérieurement, a participé aux différents groupes de travail pour élaborer cette charte à l’installation et à la transmission. Marc Jacquet, directeur départemental des Territoires et de la Mer de Loire-Atlantique, a souligné que « l’État tient à accompagner l’installation dans son ensemble, et notamment sur le volet économique qui devient de plus en plus prégnant et important pour l’installation ». « Le Comité départemental à l’installation (CDI) (1) a été créé pour mettre en place ce dispositif. »

En s’adressant à François Guyot, le directeur de la DDTM a indiqué : « Je crois qu’il était important que l’initiative que vous avez prise de créer un Comité professionnel à l’installation, sous l’égide de Jeunes agriculteurs, regroupe de façon très large, l’ensemble des partenaires qui œuvrent dans le milieu agricole, et conjugue l’ensemble des énergies, des bonnes volontés, pour travailler dans le sens de l’installation, puisqu’un des enjeux essentiels est d’assurer le renouvellement des générations, et donc l’installation. »

(1) La création du Comité départemental
à l’installation (CDI) a été votée en session chambre le 26 juin 2008. Il est présidé par le préfet. Il a un rôle réglementaire et concourt à l’élaboration et à la mise en œuvre dans le département du dispositif d’accompagnement à l’installation. Il s’est réuni le 3 avril 2009 pour la labellisation du Point info installation, et du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP)
et du centre de formation. 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier