Congrès de la Fnsea : Maintenir une unité syndicale

SC avec AFP

La Fnsea, qui tiendra son 63ème congrès du 31 mars au 2 avril à Poitiers, va tenter de recouvrer son unité, mise à mal après l'annonce du rééquilibrage des aides européennes dans le cadre du bilan de santé de la PAC.

L'annonce d'une redistribution des aides versées par Bruxelles, au détriment des producteurs de grandes cultures, a créé quelques tensions au sein des différentes familles professionnelles. Ces nouvelles modalités ont suscité la colère des céréaliers, déjà déstabilisés par la volatilité des matières premières agricoles. Le président de l'Association générale des producteurs de blé (AGPB), Philippe Pinta, a d'ailleurs remis sa démission de trésorier et de président de la commission économique de la Fnsea mais Jean-Michel Lemétayer lui a demandé de surseoir à sa décision.

L'objectif du président de la Fnsea est donc clair : préserver l'unité de la profession. «C'est le seul moyen d'être suffisamment convaincant au niveau européen dans les débats qui nous attendent » estime-t-il. « Si nous parlons de plusieurs voix, ce sera la catastrophe », prédit-il.

Solder les amertumes

Pour tenter de calmer la grogne, Jean-Michel Lemétayer a annoncé qu'il demanderait des mesures d'accompagnement au Premier ministre François Fillon, qui s'exprimera jeudi à la clôture du congrès. Il réclame notamment une enveloppe de 60 millions d'euros pour les exploitations les plus pénalisées.

La première journée du congrès, qui se déroulera à huis clos, donnera l'occasion pour toutes les composantes de la FNSEA -régions, départements, productions- d'exposer leurs griefs sur les mesures annoncées par Michel Barnier.

Ce congrès doit « solder les amertumes » pour avancer vers « une indispensable unité syndicale », estime de son côté Xavier Beulin, premier vice-président de la Fnsea et président de la fédération française des producteurs d'oléagineux et de protéagineux. « D'autres débats, au moins aussi difficiles si ce n'est plus, nous attendent », a-t-il déclaré en allusion à la future PAC. « Personne n'a à gagner à être divisé, surtout pas en ce moment ».

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires