Consommation : La jeune génération boude le vin

Elodie Saint-Marc d'après ESC Pau

Une étude sociologique a été menée par deux enseignants-chercheurs de l'ESC Pau, démontrant la baisse de la consommation de vin en France par les différentes générations.

En juin dernier, l'OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin) publiait des résultats qui faisaient état d'une baisse de la consommation de vin en France de 17 %, en volume, sur les huit dernières années. Thierry Lorey et Pascal Poutet, enseignants chercheurs à l'ESC Pau ont donc décidé de mener une étude expliquant cette nette diminution.

39 entretiens ont été menés auprès d'un panel de représentants de plusieurs générations : la «génération héritage» (les plus de 65 ans), la «génération X» (entre 30 et 40 ans, soit la 3ème génération du baby boom) et la «génération Y»(entre 18 et 30 ans). Il résulte de cette étude plusieurs critères de consommation selon les générations, cependant tous s'accordent sur un même critère : la convivialité.

En revanche, selon l'étude, la fréquence de consommation diffère selon les âges. Elle est très régulière pour la génération héritage, occasionnelle et synonyme de célébration pour la génération X et enfin très rare pour les plus jeunes, la génération Y, qui attribue à cette branche du patrimoine français un caractère bien trop élitiste.

Le vin est encore fortement associé au terroir et à la gastronomie française mais le nombre important d'appellations et de références impressionne la génération Y. Cette variable associée à la complexité du choix du vin est responsable, selon l'étude, de la baisse de consommation de la plus jeune génération. Cela est plus facile pour les générations « héritage » qui choisissent en général les mêmes vins de table.

Enfin l'aspect santé semble toucher, toujours d'après l'étude, la génération Y davantage préoccupée aujourd'hui par les dangers de l'alcool, notamment les femmes.

L'approche choisie par les deux chercheurs permet d'anticiper sur la consommation future car elle suppose que le comportement ne change pas vraiment au fil des années, pour une même génération. On peut alors estimer que le comportement des jeunes d'aujourd'hui préfigure celui des adultes de demain, même si la consommation des vins de table devrait se poursuivre.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier