Coopératives agricoles : Se regrouper pour gagner des marchés

Didier BOUVILLE

Coopératives agricoles : Se regrouper pour gagner des marchés

Une étude réalisée par le cabinet Xerfi préconise la rapprochement entre coopératives afin d'être plus compétitif. Le point de vue de Bernard Cazals (notre photo), président de la Fédération Départementale des Coopératives de l'Aveyron et du groupe coopératif Unicor.

- Comment réagissez-vous à ce qui ressemble à un appel à la fusion de coopératives... ?

Bernard Cazals : « J'ai lu les grandes lignes de cette étude et je suis en partie d'accord avec ce qu'elle préconise. Mais il faut la relativiser par rapport au marché que l'on vise. En Aveyron, nous avons déjà des exemples de rapprochements comme la Cala avec Sodiaal, Porci d'Oc (Alliance Porc Sud avec Porci Elevage qui ont leur abattoir à Rodez), Rouergue-Elevage et Fipso-Industrie, celui du Groupe Unicor qui s'est associé avec d'autres coopératives du Sud Ouest dans l'outil d'abattage et de transformation Arcadie Sud-Ouest, ou encore le rapprochement prochain entre UNICOR et Synergie Bétail & Viande... On peut aussi citer la CEMAC et COBEVIAL pour le marché des broutards en Italie. Regrouper l'offre est aussi fondamental dans un contexte économique concurrentiel.
Si l'on veut aller sur des marchés plus importants, sur des zones de chalandises plus denses, il faut des capitaux plus conséquents pour investir dans des outils de transformation sur place afin de conserver la valeur ajoutée de nos productions agricoles. Se regrouper, c'est donc se donner plus de moyens. J'ajouterai que la présence de coopératives sur des territoires difficiles est indispensable pour garder notre dynamique agricole.
Notre avenir passera par la création d'outils de transformation générateurs de valeur ajoutée pour les producteurs. Les regroupements peuvent évidemment nous y aider».

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier