Côtes-d'Armor : Quand l'exploitation se fond dans le paysage

Arnaud Carpon

Côtes-d'Armor : Quand l'exploitation se fond dans le paysage

Pour Marc et Gilles Hellard, éleveurs laitiers à Saint-Mayeux dans les Côtes-d'Armor, le cadre de vie et le confort au travail font partie des priorités. Grâce à de nombreux aménagements, les abords de leurs bâtiments forment un véritable parc paysager… pour le plus grand plaisir des yeux.

De la pelouse bien entretenue, des haies fraîchement taillées, des saules pleureurs, des arbres fruitiers, des parterres de dalhias et de rosiers, des murets en pierres… La ferme de Gilles et Marc Hellard, située à Crampoisic, paisible hameau de Saint-Mayeux, à l'extrême sud des Côtes d'Armor, ne ressemble guère à une exploitation agricole. Elle est plutôt digne d'un jardin public, voire d'un parc botanique à l'entrée payante. Depuis que Marc s'est installé sur l'exploitation familiale, perchée sur les premières collines des montagnes noires, les abords de la maison et des bâtiments ont été progressivement embellis au point que les aménagements paysagers soient, à eux seuls, devenus une attraction. « Mes grands parents se sont installés ici il y a 80 ans. Quand je me suis installé avec ma mère en 1995, c'était un no man's land. Autour du bâtiment principal s'étendait une vaste cour en terre. » Le jeune éleveur ne souhaite pas travailler dans ces conditions. L'aménagement de l'espace à proximité de la maison familiale et des bâtiments d'élevage est alors devenu l'une de ses priorités. « Nous avons construit un nouveau poulailler dans le cadre de la mise aux normes. L'ancien bâtiment a été rasé et les murs ont servi à empierrer le terrain. Tout était gris et pas franchement agréable. » L'agriculteur suit alors une formation organisée par la Chambre d'agriculture sur l'aménagement des sites d'exploitation et implante ensuite des haies brise-vent autour du bâtiment. « Cette formation m'a donné une bonne ligne directrice. »

Travailler dans de bonnes conditions

Deux ans après son installation, Gilles, son frère cadet, arrive à son tour sur l'exploitation. Une nouvelle phase de mise aux normes est entreprise. « Nous avons bénéficié d'une formation de trois jours sur l'embellissement des exploitations dispensée par le Pays centre Bretagne », poursuit Gilles. Avec quatre productions distinctes – du lait, de la viande bovine, des légumes de plein champ et un élevage de dindes – l'exploitation compte cinq grands bâtiments à proximité de la maison. Autour de ces derniers, il n'y a que des arbres, des pelouses et des massifs de fleurs bien entretenus. «Au fur et à mesure de la mise aux normes de l'exploitation, nous avons embelli les abords, résument les éleveurs. Autour des bâtiments, ce n'est plus un décor gris, il n'y a pas de mauvaises herbes et encore moins de bazar. » Gilles et Marc se sont fait aider dans le choix des essences d'arbres. Mais ils ont toujours réalisé eux-mêmes les plans des aménagements. « Nous avons fait en sorte que les aménagements cachent au maximum les bâtiments, sans toutefois nuire à l'espace nécessaire pour circuler en tracteur. » Les éleveurs travaillent ainsi dans un ensemble à la fois pratique et esthétique. « Il ne faut pas oublier que, dans tout permis de construire, il existe un volet environnemental prévoyant un agencement paysager autour des bâtiments d'élevage. Mais dans la plupart des exploitations, cet aménagement est négligé. Et le respect de ce volet n'est d'ailleurs jamais contrôlé », explique Gilles.

 

L'exploitation accueille 6 000 visiteurs

Les éleveurs, au contraire, ne se limitent pas aux exigences des permis de construire pour avoir les meilleures conditions de travail possibles. Sur une surface évaluée à 1,5 ha, l'exploitation compte notamment 5 000 m² de pelouse et 750 m de haies. Même les vaches disposent d'un chemin bordé de fleurs pour accéder à la stabulation. Un cadre de travail si agréable que les agriculteurs ont reçu le premier prix du concours « fermes et paysages » organisé chaque année par la Chambre d'agriculture costarmoricaine. Ce concours récompense les exploitations ayant fait des efforts en termes d'intégration paysagère des bâtiments et d'amélioration des conditions de travail. « En début d'année, des élus de la Chambre nous ont sollicités pour y participer », explique Marc. Après avoir accepté, les membres du jury – une vingtaine de représentants du monde agricole et de ses partenaires (banques, coopératives, fournisseurs, MSA, organisations professionnelles…) – sont venus en car visiter l'exploitation, stylos et grilles d'évaluation en main. Les critères de notation ne se limitent pas à la qualité des aménagements réalisés. Sont également pris en compte le rangement, les mesures limitant les risques phytos, la présence d' arbres et de vergers, la sécurité, l'implication personnelle…

 

Parmi sept exploitations concurrentes, celle de Gilles et Marc a reçu le 1er prix. «Comme les autres participants, nous nous étions engagés à ouvrir nos portes pendant une journée si nous terminions sur le podium. » Chose promise, chose due. Le 6 septembre 2009, les éleveurs ont participé aux portes ouvertes, qui constituent, pour les Côtes-d'Armor et la région Bretagne, un rendez-vous très attendu du monde rural. Dès 10 heures, les voitures ont commencé à affluer. «Nous avions prévu 7 ha de terres non encore déchaumées pour faire office de parking. Deux buvettes ont été installées dans la cour permettant aux visiteurs de se restaurer. Devant le bâtiment des veaux, un représentant du Cniel (ndrl, Centre national interprofessionnel de l'économie laitière) a monté un stand pour faire la promotion du lait. » Coopagri Bretagne et Glon Sanders, deux partenaires des éleveurs, présentaient également les différentes productions de l'exploitation. « Entre la famille et les voisins, nous avons mobilisé 100 personnes pour l'organisation de cette journée. » Les visiteurs ont suivi un parcours sillonnant l'ensemble de l'exploitation. Le succès fut tel qu'en début d'après-midi, il y avait plus de 4 km d'embouteillages autour de l'exploitation. A la fin de la journée, les éleveurs ont comptabilisé 6 000 visiteurs. Un événement constituant une réussite à double titre : les visiteurs sont repartis avec des idées d'aménagements en tête, et Gilles et Marc sont, quant à eux, plus motivés que jamais pour améliorer encore leurs conditions de travail.

 

Portes ouvertes « Fermes et paysages »

Les portes ouvertes « Fermes et paysages » est un événement annuel très attendu dans les Côtes-d'Armor et même dans l'ensemble de la région bretonne. « La 21e édition organisée le 6 septembre 2009 a rencontré un vif succès, explique Hubert Vianney, responsable communication de la Chambre d'agriculture des Côtes d'Armor. Sur les trois exploitations lauréates du concours, 12 800 visiteurs sont venus en famille. » Cette journée constitue aussi une réussite en termes de convivialité et de solidarité. Les fonds récoltés via les buvettes installées dans les cours des exploitations sont traditionnellement reversés à des associations locales. Chez Gilles et Marc Hellard, la recette issue de la porte ouverte – environ 7 000 € - a été reversée à deux associations : Rayons de soleil qui vient en aide aux familles d'enfants malades, et Un sourire pour Claire qui soutient un nouvel accompagnement pédago-psychologique d'une enfant autiste. « Enfin, c'est un succès car, avec un public non agricole représentant 25 % des visiteurs, cette journée est en voie de devenir un rendez-vous incontournable de communication ville-campagne. »

 

Source Ja Mag

Publié par Arnaud Carpon

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier