Cours des céréales : Maïs : reprise des cours ou simple bulle ?

Les cours du maïs américain atteignent leur plus haut niveau depuis le début de l'été 2009. Pourtant, la bonne récolte mondiale 2009/10 se confirme. Alors, comment faut-il interpréter cette reprise des cours? L'Agpm tente de trouver les réponses dans sa dernière lettre économique.

Les cours du maïs et du soja US ont évolué depuis début septembre au gré des bulletins météorologiques. Les différentes annonces de gel, sur le Nord des USA, puis sur l'Ouest de la Corn Belt le week-end du 10 octobre ont contribué à la hausse des prix du maïs à Chicago. Les prix du maïs ont progressé de plus de 15 $/t (10 €) depuis le début du mois d'octobre.

Pourtant, le potentiel des cultures n'a eu de cesse de progresser au fil des rapports USDA. Le dernier en date (9/10), confirme le niveau de production à 330 MT avec un rendement record de 103 q/ha. Le gel pourrait, selon certains opérateurs, réduire cette performance de 2,5 à 5 MT. La production mondiale de maïs est attendue à 792 MT au niveau du record de 2007/2008 !

«Le bilan mondial en céréales est lourd, extrêmement lourd» nous rappelle plus généralement l'Agpm, en précisant toutefois que le bilan maïs est de loin le plus équilibré, avec des stocks en recul et un rapport stock sur consommation à peine à 17%.

Le retour des fonds sur les matières premières

L'ensemble des matières premières semble suivre la même tendance depuis début octobre. En effet, la hausse des cours sur Chicago s'accompagne d'un rebond du prix du brut, alors que l'or atteint des sommets. Le retour des fonds sur les matières premières en est la principale raison. Dans un contexte de dollar faible et dans la crainte d'un retour de l'inflation consécutif à l'endettement de nombreux États majeurs, les fonds chercheraient à assurer leurs actifs sur les matières premières.

« Néanmoins, que se passera-t-il lorsque les récoltes américaines seront assurées, et si le gel n'a pas eu l'impact annoncé ? Quelle sera alors l'attitude des fonds ? Resteront-ils positionnés sur les matières premières agricoles par craintes d'inflation ou prendront- ils leurs profits ? » S'interroge l' AGPM estimant que cette inconnue est au coeur des débats.


L'Ukraine, grand bénéficiaire

Les prix européens profitent de la tendance mondiale et progressent depuis la mi-septembre. Des interrogations sur le niveau de la récolte européenne de maïs subsistent même si le scénario suivant semble se dessiner : disponibilités hongroises et roumaines moindres que l'an passé mais qui pèsent toutefois sur les prix de ce début de campagne, production italienne en recul, un maïs français malgré tout au rendez-vous.

La hausse des cours mondiaux semble limiter pour le moment l'attractivité des maïs pays tiers sur l'UE. Pourtant, les disponibilités des pays de la Mer Noire (Ukraine) et de l'Adriatique (Serbie et Croatie, qui peuvent exporter sans droits de douanes sur l'UE) semblent progresser au fil de la récolte.

Avec un prix US en hausse, et l'absence programmée de l'Argentine sur la scène internationale, l'Ukraine pourrait être un des grands bénéficiaires de la campagne 2009/2010, avec des opportunités réelles sur l'Afrique du Nord et le Moyen Orient. Les résultats des derniers appels d'offres de l'Algérie et d'Israël l'illustrent parfaitement.

Source d'après « AGPM-Info Economie » octobre 2009

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires